igfm.sn : Informez-vous juste et vrai

Violente bagarre à l’Assemblée nationale

Vidéo

IGFM-Des parlementaires se battent lors de la séance de vote du budget du ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, dirigé par Mary Teuw Niane. Le temps de parole est à l’origine des empoignades et échanges de coups entre députés de l’opposition et ceux de la majorité. Une véritable scène de pugilat qui s’est passée hier, à l’Hémicycle que Abdoulaye Makhtar Diop a déplorée avec la dernière énergie.

Bataille rangée à l’Assemblée nationale. Des députés de l’opposition et de la majorité en sont venus aux mains. Cris, coups de poing, chaussures qui volent… La tension palpable dans l’Hémicycle s’est muée en violence, lorsque les députés de l’opposition ont décidé de perturber les travaux pour faire respecter le Règlement intérieur. Il ne restait que ça. Et ce que l’on craignait arriva finalement. L’Hémicycle a été transformé en ring. Les députés ont encore montré la face la plus hideuse de leur quotidien à l’Assemblée nationale. Au delà des propos injurieux par-ci et des invectives par-là, les parlementaires ont franchi la ligne rouge en se donnant en spectacle. Des coups de poings ont plu hier, à l’Assemblée nationale. Les députés ne s’entendent pas sur le temps de parole. Les députés de l’opposition réclamaient un temps de parole assez significatif. Mais, en lieu et place, ils ont reçu une bastonnade de la part de Abdou Kader Ndiaye, député de la diaspora (Arabie Saoudite), militant pour la majorité. L’empoignade a opposé ce dernier à Cheikh Abdou Mbacké Bara Dolly (Bokk Gis-Gis), Mame Diarra Fam et Amy Ndiaye Gniby. Débordant de colère, Toussaint Manga a lancé à l’endroit de la présidente de séance, Ndèye Lucie Cissé : «Si on doit organiser un débat parlementaire, il faut toujours respecter le Règlement intérieur. Il faut que le député puisse au minimum avoir 5 à 15 minutes de temps de parole. Mais ne peut pas venir et être bâillonné. Un groupe parlementaire composé de 18 députés, c’est inacceptable qu’on nous donne 20 minutes. Ce n’est pas sérieux.»

Le passage du ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et l’innovation a  donc été perturbé. Il a même fallu suspendre la séance pour ne la reprendre qu’une heure après. Des incidents que Abdoulaye Makhtar Diop a déplorées et appelle ses collègues parlementaires à beaucoup plus de responsabilité. «Ce sont des actes indignes de représentants du peuple. Nous présentons nos excuses au peuple sénégalais. Il y a eu des situations tendues à l’Assemblée nationale, mais c’est la première fois qu’on voit des députés se battre à l’intérieur de l’Assemblée au Sénégal depuis les indépendances. Ces actes se déroulent dans certains pays. Mais ce n’est pas notre affaire, nous sommes au Sénégal. Nous devons respecter le peuple. Il faudra désormais appliquer le Règlement intérieur pour sanctionner certains comportements. Parce que  ce qui s’est passé est indigne», a déploré Abdoulaye Makhtar Diop. Finalement, les choses sont rentrées dans l’ordre, même si parfois, les députés ne manquaient pas de se jeter des piques dans leur temps de parole. Du sabotage au sens propre du terme.

6 Comments

  1. Faute non pardonnable pour les faux Personnes Nommées Députés pour la Republique Senegalais ….. Etre un /une Deputé n est pas aussi valable pour toute individu
    veillez reverifier votre capacité intellectuelle et professionnalisme

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Derniers articles sur Vidéo

Aller vers HAUT