Youssou Ndour : «Une Afrique forte égale une Europe forte»

Actualité

IGFM-Afrikainnov, Phrenos et AfricaPaid se donnent la main, sous le patronage exceptionnel de Youssou Ndour, afin de lancer les rencontres de Bruxelles-Dakar, en prélude à la 1ère rencontre qui se tiendra à Bruxelles le 4 juin 2018. Le lead vocal du Super étoile assure qu’ils joueront leur partition lors de ces rencontres.

Youssou Ndour fait la leçon à l’Union européenne (Ue). Invité d’honneur des rencontres de Bruxelles-Dakar, dont la première se tiendra à Bruxelles le 4 juin 2018, le ministre conseiller du président de la République ne compte pas faire dans la figuration. «Cette invitation montre que l’Union africaine pense au monde. Je dois dire à l’Europe une chose : ces rencontres sont très importantes. Mais on va échanger et pour échanger, il faut deux personnes. Nous comptons jouer notre partition lors de ces rencontres pour expliquer que nous avons des valeurs, nous avons des réalités, des religions, nous avons aussi une façon de faire. On ne peut pas nous donner des leçons. On comprend bien comment le monde fonctionne. Nos femmes ont beaucoup d’ambitions et comprennent énormément de choses. On ne va pas aller jusqu’en Europe et dire : «vous avez raison, amen». On va vraiment échanger parce que nos équipes vont beaucoup travailler sur nos discours et nos rencontres à Bruxelles. Et je pense qu’au sortir de ces journées, il y aura une meilleure compréhension des Occidentaux par rapport au rôle de la femme dans le développement et l’avancement de l’Afrique», dit-il. Youssou Ndour qui dit avoir accepté avec plaisir l’invitation de l’Union européenne pour participer à cette journée, loue le thème choisi. «C’est un honneur pour nous Sénégalais de découvrir et de rencontrer les 8000 participants qui vont venir de partout dans le monde et de l’Afrique. Je salue aussi le thème choisi pour cette année : «Le rôle de la femme dans le développement». Comme le disait Léopold Sédar Senghor, «l’art et la culture sont au début et à la fin de tout développement». On peut dire que la femme est au début et à la fin du développement. Nous avons des expériences à partager. Au niveau du Sénégal, les femmes ont été aux premiers rangs pour le développement. La femme c’est la maman, elle régule la famille anticipe et aujourd’hui, nous avons vu que la scolarisation des jeunes filles a énormément évolué au niveau des pays et particulièrement au Sénégal. Tous les grands projets ont été accompagnés par les femmes», soutient le lead vocal du Super étoile. Convaincu que pour s’améliorer, l’Europe devra passer par les petites et moyennes entreprises, il affirme : «Une Afrique forte égale une Europe forte. Les petites et moyennes entreprises en Afrique devraient compter sur une éventuelle collaboration ou sur les jointventure pour s’agrandir. Il faut que l’Europe arrête de penser que ce sont surtout les grosses entreprises européennes très connues qui viennent et qui se placent. Il faut que l’Europe passe par les petites et moyennes entreprises et c’est là l’intérêt  de ces rencontres à Bruxelles. Nous aurons des discussions franches au lieu de venir avec la force et prendre tout. Pour le secteur privé, je pense que les gens qui entreprennent ont l’occasion ici d’avoir des interlocuteurs avec qui ils vont parler et je pense que l’Afrique a énormément de choses à dire.»

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.