igfm.sn : Informez-vous juste et vrai

Ziguinchor : Un enseignant accusé de viol et de pédophilie risque 10 ans de prison

Société

iGFM – (Dakar) La Cour d’Appel de Ziguinchor a  jugé hier jeudi 22 novembre 2018 en appel l’enseignant  Malang Bayo né le 15  juin 1986 à Madina-Wandifa, dans la région de Sédhiou.  Malang Bayo est poursuivi pour viol et pédophilie sur une élève mineure. Il avait été condamné le 27 juin 2018 par le Tribunal de Grande Instance de Kolda qui, après avoir déclaré Malang Bayo coupable, l’a condamné à une peine d’emprisonnement ferme de dix (10) ans. Son dossier remis encore hier sur la table des robes noires de la Cour d’Appel de Ziguinchor, Malang Bayo devant attendre le 19 janvier 2019 pour être édifié sur son sort.

Sur les faits : Le 22 mai 2018, Soulé Ndiaye saisissait les éléments de la Brigade de gendarmerie de Bounkiling, dans la région de Sédhiou d’une plainte dirigée contre Malang Bayo enseignant de profession à Bantato, pour viol suivi de grossesse sur une fille mineure, élève dans la classe du susnommé. Devant les enquêteurs, il révélait avoir été avisé par le Directeur de ladite école qui lui signifiait l’impossibilité pour F. ND de passer les épreuves physiques de concours d’entrée en sixième, en raison de sa grossesse. Surpris, il s’en ouvre à son épouse qui confirmait les faits.  

C’est ainsi, ajoutait-il, qu’il interpellait sa fille sur l’auteur de la grossesse, laquelle désignait Malang Bayo, son maître d’école. Par la suite, il saisissait, à nouveau, le Directeur d’école sur ces éléments mais ce dernier lui faisait savoir que le susnommé avait réfuté les faits qui lui sont reprochés. Cependant, concluait-il, à la suite d’une médiation entreprise, le susnommé avait reconnu avoir entretenu un rapport consentant avec la fille, et par conséquent la paternité de la grossesse. Entendue, F. ND confirmait les déclarations de son père relativement à la paternité de la grossesse. Elle précisait en effet, que dans le courant du mois de janvier 2018, alors qu’elle était allée amener de l’eau, son maître d’école lui avait imposé un rapport sexuel, qu’elle n’avait pas dénoncé. Malamine Sadio, le Directeur de l’école, confirmait également les propos du plaignant quant à l’acceptation de la paternité de la grossesse par l’enseignant Malang Bayo qui avait sollicité le retrait de la plainte et un règlement à l’amiable.

D’ailleurs le mis en cause lui-même, après une timide tentative de contestation, avait finalement reconnu avoir entretenu un seul rapport sexuel avec la fille. Dans ce sens, il précisait que dans un premier temps, il s’était limité à flirter avec la fille avant de passer à l’acte, quelques jours après. Cependant, à la barre du tribunal, les parties revenaient intégralement sur leurs déclarations antérieures. En effet, la victime et son père déclaraient avoir désigné un autre camarade élève comme étant l’auteur de la grossesse, tandis que le témoin indiquait que le prévenu n’avait jamais reconnu, en sa présence, être l’auteur des faits. Dans la même veine, le prévenu contestait les déclarations qui lui étaient imputées à l’enquête préliminaire. Malang Bayo soutenait en effet, n’avoir jamais tenu de tels propos.

D’ailleurs, son conseil lui emboîtait le pas en précisant que le procès-verbal d’enquête ne servant qu’à titre de simple renseignement, ne saurait cheviller la conviction du tribunal qui ne doit se fonder que sur la victime et le condamnait à la peine ci-dessus décrite. Né le 15 juin 1986 à Madina-Wandifa, Malang Bayo est enseignant demeurant au dit lieu de naissance. Il a été placé sous mandat de dépôt depuis le 25 mai 2018. Il est prévenu de viol et pédophile sur une élève mineure par une personne ayant autorité. Des faits qui sont prévus et punis par les articles 320 et 320 du Code pénal.

Les avocats du prévenus ont attaqué la décision du jugement correctionnel N°317 en date du 27 juin 2018 rendu par le Tribunal de Grande Instance de Kolda qui, après avoir déclaré Malang Bayo coupable, l’a condamné à une peine d’emprisonnement ferme de dix (10) ans. Statuant publiquement et contradictoirement en matière correctionnelle, la Cour d’Appel de Ziguinchor a finalement mis l’affaire en délibéré au 19 janvier 2019. L’enseignant Malang Bayo a été renvoyé depuis hier à la citadelle du silence où il médite tranquillement sur son sort.

IGFM

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Derniers articles sur Société

Aller vers HAUT