igfm.sn : Informez-vous juste et vrai

CAN 2019 : une finale sur fond de crise politique pour l’Algérie

Actualité/Can 2019

iGFM – (Dakar) – Les Fennecs qui, il n’y a pas si longtemps, étaient à la dérive, se sont hissés en finale de la Coupe d’Afrique des nations, dimanche 14 juillet au Caire aux dépens du Nigeria (2-1). Mais ce parcours exceptionnel des footballeurs algériens n’empêche pas leurs compatriotes de manifester chaque vendredi. Les Verts deviendront peut-être champions d’Afrique face au Sénégal l’année-même où leur pays plonge dans l’inconnu.

« Il ne faut pas nous berner avec la Coupe d’Afrique des nations », scandaient vendredi 12 juillet les manifestants dans les rues d’Algérie. Depuis le 9 juillet, le mandat du chef de l’État par intérim, Abdelkader Bensalah, a officiellement expiré.

Ce qui n’a pas empêché des centaines de supporters algériens de prendre l’avion pour venir soutenir les Verts face au Nigeria dimanche 14 juillet, grâce au ministère de la Jeunesse et des Sports, celui du Tourisme et grâce à l’agence de voyage étatique qui a fait la coordination sur le terrain.

Le foot, un moyen d’exprimer sa colère pour les Algériens

Le 14 juillet au Caire, le drapeau vert et rouge a flotté dans les rues et au stade. Dans l’après-midi, certains supporters avaient fait le déplacement au pied des pyramides pour marteler les slogans que l’on peut entendre lors des manifestations de chaque fin de semaine.

Comme « Hé viva l’Algérie, yetnahaw gaâ » (« Vive l’Algérie, qu’ils dégagent tous »). Ou encore : « Miziriya w tahia el djazair » (On vit la misère et vive l’Algérie). L’ambiance était bon enfant.

Pourtant, il y a quelques jours à Alger, après avoir été expulsé d’Égypte, un jeune homme avait été condamné à un an de prison pour avoir brandi une pancarte lors d’une rencontre sur laquelle on pouvait aussi lire : « Qu’ils dégagent tous. » La présence du « 12e homme » n’est pas toujours appréciée.

Si le football reste pour les Algériens le sport phare, il est aussi le moyen de faire part de leur colère. Exemple : lors de la dernière journée de qualification pour l’édition 2019, alors que les Verts avaient déjà leur ticket en poche pour participer au tournoi, les supporters avaient déserté le stade de Mustapha-Tchaker de Blida.

La rencontre face à la Gambie s’était déroulée sans public. C’est sous le hashtag #KhalouhFaragh (laissez-le vide) que les internautes avaient lancé la campagne. Le foot au stade n’avait pour une fois plus toute sa place.

« Au pays, ils iront manifester et ensuite ils regarderont le match »

Avant d’éliminer le Nigeria, l’Algérie s’était qualifiée pour le dernier carré en battant la Côte d’Ivoire aux tirs au but après une rencontre tendue et équilibrée. Depuis le Mondial 2014 au Brésil, les Fennecs n’ont plus fait autant rêvé du côté d’Alger et dans le reste du monde, où la diaspora reste rivée à son écran.

Vendredi 19 juillet, lors de la finale face à Sénégal, les supporters des Fennecs seront encore plus nombreux. Des avions militaires vont être affrétés pour l’occasion. Mais comme depuis le 16 février, il y aura bien un 22e vendredi le même jour. « Au pays, ils iront manifester et ensuite ils regarderont le match », assure un confrère algérien présent au Caire.

Ici en Egypte, on peut aussi entendre l’air de La Casa Del Mouradia, composée par un groupe de supporters de l’USM Alger et reprise lors des manifestations contre l’ancien président.

L’histoire retiendra que l’Algérie s’est hissée en finale de la CAN l’année où le peuple a dit « non » à un cinquième mandat d’Abdelaziz Bouteflika, qui a finalement démissionné le 2 avril. « Je ne suis pas un politicien, ni un faiseur de miracles ou un sorcier. Je dis juste au peuple algérien que l’on va se battre comme on s’est battu jusqu’à présent. Voilà la seule chose que je peux promettre », avance le sélectionneur Djamel Belmadi, nommé en août 2018.

« L’Algérie connaît actuellement deux fêtes : celle de la révolution, et celle du football », assure Karim dans les colonnes du Monde. Mais la bouffée d’oxygène qu’apporte la CAN au peuple algérien n’empêchera pas le retour à la réalité au lendemain de la finale, peu importe le résultat.

Auteur : Rfi

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Derniers articles sur Actualité

Aller vers HAUT