igfm.sn : Informez-vous juste et vrai

Depuis l’Egypte, Emmanuel Macron donne sa vision de la situation en France

International

iGFM – (Dakar) – Emmanuel Macron est arrivé ce dimanche 27 janvier en Egypte, mais avant de débuter officiellement sa visite lundi matin, le président français a rencontré les journalistes présents au Caire. Il s’est notamment expliqué sur la situation de crise en France et le « Grand débat national ».

En s’exprimant ainsi alors qu’il débute une visite officielle en Egypte, Emmanuel Macron a voulu montrer que -où qu’il soit-, la situation en France est bien au cœur de ses préoccupations. « Ce qui est en train de se passer, c’est le moment de vérité de la réinvention de nos démocraties. » En décrivant ainsi la crise que traverse la France, Emmanuel Macron tente de la resituer dans un mouvement d’ensemble, un « malaise profond », dit-il, qui touche toutes les démocraties occidentales.

Une analyse qui lui permet de ne pas porter toute la responsabilité du mouvement des « gilets jaunes ». Le président pas évoqué directement les manifestations de ce week-end, et notamment celle des foulards rouges qui s’opposent aux gilets jaunes. Il s’est contenté d’expliquer que ce dont avait besoin le pays c’était de «  calme, de construction, de réflexion profonde ». Sous-entendu, pas de confrontations. Le président ne veut pas entrer dans cette opposition gilets jaunes contre foulards rouges. Il n’a rien à y gagner.

Le «Grand débat» pour « inventer quelque chose ensemble »

Pour autant, le chef de l’Etat assure qu’il prend « très au sérieux » ce moment et qu’il tirera des « conséquences profondes » du « Grand débat » qui est en train de se dérouler et pas seulement des mesures techniques. Il ne veut pas présumer de l’issue du débat et dit compter sur « l’intelligence collective ». Il déclare même pour montrer sa bonne foi : « Si j’avais la réponse dans la poche, je l’aurais déjà sortie. »

Mais Emmanuel Macron explique tout de même l’objectif qu’il a identifié : « une redéfinition du projet français et du projet européen ».  Et il donne des pistes sur ce qu’il envisage : une transformation de l’organisation de l’Etat et du rapport entre l’Etat et la société. Il évoque une « démocratie délibérative », « troisième voie » entre la démocratie représentative et le référendum. Une manière de dire qu’il a compris qu’il fallait trouver comment donner plus la parole aux citoyens.

Auteur : Rfi

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Derniers articles sur International

Aller vers HAUT