igfm.sn : Informez-vous juste et vrai

Drame : En rentrant chez lui, il recule et tue ses 2 enfants

International

IGFM – Une fillette de 6 ans est décédée et son petit frère de 4 ans a été gravement blessé. Ils ont été percutés par la voiture conduite par leur père, devant leur domicile, à Tremblay-en-France.

Un drame absolu s’est joué vendredi soir, à Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis). Peu avant 19 heures, un père de famille a involontairement écrasé ses deux enfants, alors qu’il était au volant de sa voiture. La fillette âgée de six ans est décédée, et le garçon de quatre ans – un temps entre la vie et la mort – devrait finalement s’en sortir.

Le conducteur était alcoolisé

Selon les premiers éléments de l’enquête, c’est en faisant marche arrière dans l’allée menant au garage de son pavillon qu’il aurait percuté les deux enfants. Par ailleurs, selon les tests réalisés par la police, il était alcoolisé au moment des faits – le taux d’alcool restant à définir.

Rapidement sur place, les secours n’ont pas pu réanimer la fille, tandis que le garçon a été héliporté à l’hôpital Necker (Paris). Ce samedi soir, il était tiré d’affaire. De leur côté, le père et la mère, choqués, ont été hospitalisés dans la foulée. «Leur état empêche toute audition pour le moment », ajoute une source proche du dossier.

«Comment se relever après cela ? »

Samedi matin, les volets de leur maison étaient clos. Et le voisinage, sous le choc. «Quelle injustice ! Le papa va s’en vouloir à vie… Comment se relever après cela », s’émeut une voisine.

La famille a emménagé dans ce grand pavillon aux volets en bois, «il y a deux, trois ans maximum », raconte l’habitante du logement mitoyen. « Des gens discrets », assure-t-elle. «Ils n’ont pas noué de lien particulier avec le voisinage : je ne suis jamais allée chez eux, ni l’inverse », précise-t-elle encore.

Le maire se rendra à l’école où sont scolarisés les enfants

François Asensi, le maire (FG), s’est rendu au domicile de la famille le samedi matin, trouvant porte close. «J’irai à l’école où sont scolarisés les petits (Ndlr : le groupe-scolaire Anatole-France), dès lundi matin, pour soutenir les enseignants et les élèves. Il n’y a pas de mots, une famille est dévastée ! »

Du côté du rectorat, on confirme, ce samedi, qu’une «prise en charge » sera mise en place lundi matin. «Des moyens d’écoute et d’accompagnement seront déployés pour ceux qui en auront besoin », précise une porte-parole des autorités éducatives.

Le Parisien

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Derniers articles sur International

Aller vers HAUT