igfm.sn : Informez-vous juste et vrai

Une voyageuse handicapée reçoit l’ordre d’enlever son pantalon

International

iGFM- Les autorités de l’aéroport indien de Kolkata se sont excusées auprès de deux militantes handicapées, dont l’une dit qu’on lui a demandé d’enlever son pantalon.

Kuhu Das, survivante de la polio, a reçu l’ordre d’enlever ses prothèses même lorsqu’elle a dit à une agent de sécurité qu’elle ne pouvait le faire sans enlever son pantalon.

Jeeja Ghosh, la deuxième militante atteinte de paralysie cérébrale, s’est fait dire qu’elle ne pouvait prendre l’avion sans être accompagnée.

Elles se rendaient à Delhi pour une réunion sur les droits des femmes handicapées.

Après leurs protestations, elles ont été autorisées à voyager, mais les militantes ont déclaré qu’elles se sentaient « insultées et humiliées ».

Mme Das, qui a eu la polio à l’âge de trois ans, a déclaré à la BBC qu’elle portait depuis de nombreuses années des prothèses avec des tiges en titane.

Dimanche après-midi, alors qu’elle se rendait à l’aéroport, un agent de police lui a demandé d’enlever ses prothèses pour qu’on puisse les mettre dans le scanner.

« Quand j’ai refusé, elle a appelé un autre agent et juste devant moi, elle a dit à son collègue qu’elle n’avait jamais vu quelqu’un comme moi auparavant. C’était comme si j’étais venu d’une autre planète. N’est-ce pas un manque total de considération? »

Mme Das a déclaré qu’elle n’avait jamais été confrontée à un tel problème dans les aéroports en dehors de l’Inde. « Il est inacceptable qu’à chaque fois en Inde, ils veulent que j’enlève mes prothèses, ce qui signifie en fait qu’ils me demandent d’enlever mon pantalon« , a-t-elle dit.

Elle a déclaré que le personnel de GoAir, la compagnie aérienne privée sur laquelle elle voulait voyager, avait dit à sa collègue en fauteuil roulant Jeeja Ghosh qu’elle ne pouvait pas prendre l’avion seule.

« Jeeja est une adulte » qui voyage seule dans le monde entier et se sent « très insultée » par la compagnie aérienne, a déclaré Mme Das.

« Nous avons protesté, nous avons dit que c’était discriminatoire, alors la personne au comptoir d’enregistrement s’est excusée. Mais nous ne sommes pas en colère contre elle. Ce n’est pas un problème individuel. C’est la façon dont une compagnie aérienne traite une personne handicapée « , a-t-elle ajouté.

Après que la nouvelle de leur calvaire ait été couverte par la presse indienne, les autorités de l’aéroport de Kolkata ont tweeté lundi des excuses aux deux militantes.

Il y a deux ans, les autorités ont déclaré que les passagers handicapés n’auraient plus à retirer leurs prothèses pour le contrôle dans les aéroports, mais deux ans plus tard, il semble que l’ordre n’ait pas encore été donné aux policiers chargés de la sécurité.

L’Inde compte plus de 26 millions de personnes souffrant de handicaps physiques ou d’apprentissage, mais il y a peu d’infrastructures pour les soutenir dans leur vie quotidienne.

Les militantes affirment que les personnes handicapées sont aussi régulièrement confrontées à la stigmatisation, à la discrimination et au harcèlement.

Il y a deux ans, une para-athlète féminine a été obligée de dormir sur le plancher d’un train parce qu’on lui avait attribué une couchette supérieure en violation des règles.

En 2016, un activiste handicapé, qui utilise un fauteuil roulant, a été agressé en Inde pour ne pas s’être levé pendant l’hymne national joué dans un cinéma.

Avec BBC

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Derniers articles sur International

Aller vers HAUT