Tambacounda : L’émigré retrouve son épouse enceinte de 5 mois des œuvres de son ami intime

Société

IGFM – En rentrant au bercail après une longue absence de cinq ans, O. Diallo qui voulait faire une surprise à son épouse, a été plus que pétrifié en trouvant celle-ci dans les bras de son meilleur ami. Pis, elle était enceinte de 5 mois des œuvres de cet ami si particulier.

C’est une histoire d’adultère assez singulière. Qui met aux prises deux amis, dont l’un émigré, et l’épouse de celui-ci. Cette histoire de mœurs continue de défrayer la chronique dans la capitale orientale, particulièrement au quartier Saré Guilél de Tambacounda. Cette histoire a pris départ il y a près d’une décennie, quand O. Diallo faisait la connaissance de la jeune fille A. Diallo (25 ans) domiciliée au quartier Pont. La passion était telle qu’entre les deux amoureux, le mariage est inévitable. O. Diallo et A. Diallo se marient. L’union est célébrée avec fastes. Le couple s’arrange rapidement pour se trouver un nid douillet au quartier Saré Guilél et commence à fonder son foyer. Tout va bien dans le meilleur des mondes. D’ailleurs, de cette union, sont nés deux enfants.

Cependant, O. Diallo a été obligé de laisser sa famille au bercail pour aller tenter sa chance à l’étranger afin de mieux gagner sa vie et entretenir son épouse et ses deux enfants. Il se rend en Espagne via la Libye et laisse derrière lui son épouse A. Diallo qui gère comme elle peut la lourde charge de l’éducation de ses deux enfants. Fatiguée d’attendre son époux O. Diallo depuis des années sans argent et sans travail, A. Diallo a noué une relation amoureuse avec l’ami intime de son époux, A. Bâ.

L’amant fréquentait assidument le domicile de son ami émigré. La fréquence de ses visites a fini par faire douter le voisinage qui soupçonnait déjà une relation amoureuse entre les deux. Les retrouvailles sont toujours torrides et sulfureuses entre les deux tourtereaux. Comme dit l’adage, un crime n’est jamais parfait. Le pot aux roses finit par être découvert avec le retour de l’époux émigré, O. Diallo, qui n’a pas manqué d’emmener toute sorte de cadeaux à ses deux enfants et sa femme A. Diallo. L’époux était loin de s’imaginer que sa femme le trompait avec son ami intime.

A peine débarqué dans sa maison, dans la soirée du dimanche 11 août dernier, veille de la fête de Tabaski aux environs de 23 heures, l’émigré manque de s’évanouir face au spectacle qui s’offrait à lui. A peine entré dans sa chambre au moment où les deux enfants étaient sur un matelas dans la cour, il surprend son ami intime A. Bâ sur son lit avec son épouse. Criant de toutes ses forces, le mari s’attaque à son ami qu’il roue de coups de poings avant qu’il ne réussisse à prendre la poudre d’escampette, laissant ses sandales et sa casquette sur place. Il se rue sur sa femme qu’il corrige sévèrement avant que cette dernière ne crie pour lui révéler sa grossesse de 5 mois.

Interpellée sur l’auteur de cette grossesse, la femme pointe du doigt A. Bâ. Elle déclare que ce dernier le soutenait financièrement. Il venait souvent la rendre visite. Elle entretenait des relations intimes avec l’ami de son mari qui ne se protégeait pas. Prenant son courage à deux mains, l’émigré a répudié son épouse. Malgré les interventions tardives du voisinage et de ses frères, appelés à la rescousse, l’émigré campe sur sa position et menace de porter plainte. Pour l’heure, l’épouse et ses deux enfants ont quitté le domicile conjugal. Quant à son ami A. Bâ, il est resté introuvable dans le quartier.

Pape Ousseynou DIALLO

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.