igfm.sn : Informez-vous juste et vrai
, Yeumbeul : pourquoi A. Samb a poignardé un jeune collégien de 17 ans , www.igfm.sn

Yeumbeul : pourquoi A. Samb a poignardé un jeune collégien de 17 ans 

Société

IGFM-C’est la consternation à Yeumbeul où un jeune collégien du nom de Cheikhouna Diop 17 ans, a été poignardé à mort par son camarade d’école. Le présumé meurtrier, A. Samb, 16 ans, a été appréhendé et remis à la police de Yeumbeul, où il est gardé à vue.

Les menaces – Triste fin pour Cheikhouna Diop, jeune collégien de 17 ans, qui n’a pas survécu au coup de couteau que lui a flanqué son camarade d’école. Couché sur le dos, hier vendredi 4 janvier 2019, peu après midi, il n’a pu être sauvé, malgré la promptitude des secouristes pour l’acheminer à l’hôpital. Il est mort en cours d’évacuation.

«Il n’avait aucune chance de s’en tirer, j’ai vu la lame du couteau long de 15 cm, s’enfoncer dans la poitrine du gosse, précisément dans la région du cœur. Il continuait de respirer certes, mais…», explique un témoin, le souffle court, encore sous le choc. Pourtant, le drame pouvait être évité et une vie épargnée, si les deux collégiens avaient été réprimandés ou appelés à la raison à temps. En effet, pendant six jours, ils se sont toisés, menacés mutuellement, se promettant la mort, sans que personne ne réagisse. À la fin, ils sont passés à l’acte, se sont bagarrés, un couteau est sorti et la vie d’un jeune collégien abrégée pendant que son camarade tout aussi jeune, va découvrir les rigueurs de la prison.

Le match – Il y a huit jours, alors que les cours s’étaient momentanément arrêtés, pour les fêtes de fin d’année, des élèves du collège Momar Maréme Diop de Yeumbeul se retrouvent sur un terrain vague appelé «Terrain marin», pour un match de football devant opposer la 4e A et la 4e C. Un match engagé au cours duquel, A. Samb tacle violemment son camarade, Cheikhouna Diop de la classe de 4e A. Un acte faisant certes partie du jeu, mais que Cheikhouna Diop prend comme une tentative délibérée de faire mal. Aussi va-t-il tenter de se venger en vain. À la fin de la rencontre, les deux collégiens poursuivront le match à leur manière, en échangeant des propos injurieux, avant que leurs camarades ne se mettent entre eux, pour éviter qu’ils en viennent aux mains. Hélas, depuis, leurs relations sont devenues exécrables. Dans la cour de l’école, comme ailleurs dans la rue, ils ne se rataient plus, se menaçant mutuellement.

Le crime – Ce n’était pas des menaces en l’air. Hier vendredi, en milieu de matinée, pendant la pause, les deux élèves s’injurient à nouveau et selon les premières déclarations d’A. Samb, Cheikhouna Diop avait dans son sac, «une cravache et un couteau». Il l’a attaqué pour le rouer de coups de cravache, puis lorsqu’ils se sont éloignés de l’école, «Cheikhouna va continuer de s’acharner, avant d’exhiber un couteau et tenter de le poignarder». Toujours selon le mis en cause, c’est alors qu’il a réussi à désarmer Cheikhouna Diop, s’est s’emparé du couteau et lui a flanqué un violent coup à la poitrine. La lame du couteau d’une longueur de 15 cm s’enfonce dans la poitrine de la victime qui s’affale. À la vue du sang de leur camarade, certains élèves secoués, tentent de s’éloigner, d’autres cafouillent au moment d’organiser les secours.

Hélas, le malheureux collégien couché sur le dos, va attendre l’arrivée de ses parents, pour être évacué à l’hôpital. Un temps qui va plus le rapprocher de la mort, au moment où A. Samb avait vidé les lieux, se réfugiant dans les locaux du Cdeps de Yeumbeul. Il y sera débusqué par un agent de police, alerté par la foule. A. Samb est conduit au commissariat de Yeumbeul, pendant que les parents de Cheikhouna Diop, arrivés sur les lieux peu de temps après, vont tenter d’acheminer leur fils à l’hôpital de Pikine sis dans le camp militaire de Thiaroye. Il rendra l’âme en cours d’évacuation. À la police de Yeumbeul où A. Samb est gardé à vue, une enquête est ouverte pour faire toute la lumière sur ce crime qui a secoué le milieu éducatif de la banlieue.

El. H. ALASSANE HANNE

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Derniers articles sur Société

Aller vers HAUT