France : la police évacue des militants pro-palestiniens de l'université de La Sorbonne

lundi 29 avril 2024 • 245 lectures • 0 commentaires

Actualité 3 semaines Taille

France : la police évacue des militants pro-palestiniens de l\'université de La Sorbonne

PUBLICITÉ

iGFM - (Dakar) Quelques jours après une mobilisation pro-Gaza sous tension à Sciences Po Paris, les forces de l'ordre françaises ont pénétré dans une autre université renommée de la capitale, la Sorbonne, pour évacuer des militants pro-palestiniens qui avaient installé des tentes à l'intérieur des bâtiments universitaires.

Une cinquantaine de manifestants ont été conduits à l'extérieur des locaux historiques de la Sorbonne, dans le Quartier Latin, puis éloignés en groupe, encadrés par les forces de l'ordre, a constaté une journaliste de l'AFP.

PUBLICITÉ


"Nous étions une cinquantaine de personnes quand les forces de l'ordre sont arrivées en courant à l'intérieur de la cour. L'évacuation a été assez brutale avec une dizaine de personnes traînées au sol. Il n'y a pas eu d'interpellation", a déclaré à l'AFP Rémi, 20 ans, un étudiant en troisième année d'histoire et de géographie.

PUBLICITÉ


La préfecture de police a évoqué une opération de "quelques minutes" seulement, "dans le calme, sans incident".


Le Premier ministre Gabriel Attal, qui "suit la situation de près", a "demandé que la Sorbonne soit évacuée rapidement", comme "il l’avait demandé pour Sciences Po vendredi", a fait savoir son entourage.


L'université a précisé à l'AFP que "la Sorbonne sera fermée (lundi) après-midi sur décision du rectorat". "Les amphithéâtres ont été évacués vers midi", a indiqué ce dernier.


Selon le rectorat, une trentaine de militants s'étaient rassemblés à l'intérieur de la Sorbonne, où neuf tentes avaient été installées dans la cour et trois dans le hall, et un drapeau palestinien posé au sol. Selon un manifestant, les tentes étaient entre 20 et 30.


"Israël assassin, Sorbonne complice" ont notamment chanté des manifestants réunis devant la Sorbonne, en présence de trois députés du parti de la gauche radicale La France Insoumise (LFI). 300 personnes étaient réunies en milieu d'après-midi, encadrées par la police.


"On est là suite à l'appel des étudiants de Harvard, Columbia", a indiqué à l'AFP Lorélia Fréjo, une étudiante.


Les contestations agitant certains prestigieux campus américains, provoquent un vif débat politique outre-atlantique.


Les interventions policières à La Sorbonne, un lieu hautement symbolique des révoltes étudiantes, sont rares. Celle-ci intervient quelques jours après des tensions à Sciences Po Paris dont une partie des étudiants s'étaient mobilisés.


Accusée par l'exécutif et les oppositions de droite de souffler sur les braises de la contestation, LFI a souhaité lundi que les mobilisations pour Gaza "prennent de l'ampleur".


Un syndicat lycéen a également appelé à la "mobilisation dans les établissements pour un cessez-le-feu dans la bande de Gaza, la reconnaissance de l'Etat palestinien et l'arrêt de la colonisation".


Les organisations de jeunesse favorables à la mobilisation pro-palestinienne se heurtent à l'intransigeance du gouvernement qui ne souhaite pas que le mouvement parti des Etats-Unis ne se propage à la France alors que l'année universitaire touche à sa fin.

Cet article a été ouvert 245 fois.

Publié par

Harouna Fall

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial