Qui était Bamba Ndiaye ?

Société

IGFM – Mamadou Bamba Ndiaye, journaliste, islamologue et ancien ministre des Affaires religieuses sous Wade, est décédé hier vendredi, 3 juillet 2020, du Coronavirus. 

Sur le répondeur, c’est encore sa voix qui accueille : «Vous êtes bien sur la boîte vocale de Bamba Ndiaye. Veuillez laisser votre message, svp. Je vous répondrai dès que possible.» Mamadou Bamba Ndiaye ne répondra plus certainement aux messages. Infecté par le covid-19 et  hospitalisé depuis le 25 juin dernier, l’islamologue a été emporté hier soir, vendredi 3 juillet 2020, par le Coronavirus.

«Homme de son temps», comme le décrit Ahmeth Khalifa Niasse, Mamadou Bamba Ndiaye, à l’état civil, laisse derrière son amour de l’Islam, son dévouement envers sa collectivité, son engagement envers sa famille et son courage devant l’adversité. «Bamba était un self made-man qui s’est construit lui-même. Il représente la catégorie éclairée des arabisants du Sénégal, c’était un avant-gardiste», témoigne le «grand frère», Ahmeth Khalifa Niasse. Le marabout-politicien a vu éclore les prémisses de l’engagement religieux de son «jeune frère», Bamba Ndiaye. «Il était un enseignant et un syndicaliste engagé. C’était un ami de mon défunt petit frère Sidy Lamine Niasse qu’il a rejoint prématurément dans l’Au-delà. Bamba me considérait comme son propre grand-frère et venait fréquemment à la maison. Sa mort est une grande perte pour le Sénégal et l’Islam», pleure Ahmeth Khalifa Niasse,

Bamba Ndiaye, c’est l’histoire d’un homme ordinaire au teint noir, au phrasé millimétré et à la gestuelle civilisée. Islamologue hors-pair, il a fréquenté les plus prestigieuses universités du monde arabo-musulman, notamment la très respectée université Al-Azhar du Caire en Egypte. L’homme était d’une courtoisie exquise qui savait mettre les points sur les i. Même quand il s’est agi de la fermeture des mosquées décidée par l’Etat du Sénégal pour éviter la propagation du virus, Mamadou Bamba Ndiaye avait élevé la voix, en prônant une réouverture «encadrée» des lieux de culte, corroborée par le respect strict des mesures barrières contre le Covid-19. Affable et disponible, il apportait toujours sa science sur les plateaux télés, radios ou dans les colonnes des journaux, avec une dextérité orale dont lui seul avait le génie.

Bamba Ndiaye, journaliste, communicant, était de cette race d’intellectuels dont le Sénégal se glorifiait des vastes connaissances de l’Islam. Sous le régime de Wade, il a eu même à occuper le poste de ministre en charge des Affaires religieuses. Mamadou Bamba Ndiaye Ndiaye, c’est aussi la vie «mouvementée» d’un religieux qui a fait «école» avec le défunt Mollah de Sacré-Cœur et Pdg du Groupe Walfadjiri, Sidy Lamine Niasse. «C’était un homme modéré, mais qui connaissait très bien le salafisme, pleure Ahmed Khalifa. Bamba, c’était le portrait craché de mon frère Sidy Lamine Niasse.» Son ami d’hier, qu’il a rejoint. Pour toujours.

IBRAHIMA KANDE