Il force le passage du péage 94 fois avant de se faire arrêter

jeudi 1 juillet 2021 • 10730 lectures • 0 commentaires

Société 2 mois Taille

Il force le passage du péage 94 fois avant de se faire arrêter

iGFM- Le tribunal des flagrants délits de Dakar a sanctionné hier, mercredi, le soudeur métallique Ndiaga Seck, d'une amende de 200 mille FCFA. Reconnu coupable d'escroquerie au préjudice du groupe Eiffage, le prévenu est passé 94 fois sur la voie Rapido du péage sans bourse délier, avant d'être arrêté.

La cupidité se paie parfois cash. Le père de famille Ndiaga Seck l'apprendra à ses dépens. Polygame et père de 10 enfants, il a été attrait, hier mercredi, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, pour escroquerie au préjudice du groupe Eiffage Sénégal. Pour se soustraire des tarifs Rapido, Ndiaga Seck a dégoté un subtil manège. Domicilié à Rufisque, le soudeur métallique empruntait au quotidien l'autoroute à péage pour se rendre à son lieu de travail. Mais pour éviter les longues files, il a décidé, comme pour la plupart des automobilistes, de se procurer une carte Rapido.


Un service qui nécessite des recharges régulières que Ndiaga aura la flemme d'honorer. Pour s'en passer, le sexagénaire a pensé à un ingénieux stratagème consistant à accrocher une voiture qui est de tour et démarrer avec lui en trombe dès que la barre se lève pour échapper au contrôle de régulation. Une méthode qui a marché comme sur des roulettes, puisqu'à la barre du tribunal des flagrants, il ne pouvait plus compter le nombre de fois qu'il a réussi ce forfait sur cette voie. Mais cette supercherie va finir par le perdre.


Le 25 juin passé, il n'a pu échapper à la vigilance du sieur Sarr, agent Rapido qui était en service. Ce dernier le surveillait attentivement, voyant que le prévenu voulait tenter de frauder. Et quand Seck a perpétré son forfait à la sortie du péage de Rufisque, Sarr l'a interpellé et conduit à la gendarmerie. 94 fois, la partie civile a été victime du prévenu, soit une somme estimée à 66 200 FCFA. A la barre du tribunal des flagrants délits hier, le prévenu a reconnu sans ambages les faits et demandé clémence. Au même titre que son client, l'avocat de la défense a plaidé la clémence, avançant que le prévenu est un diabétique qui ne pourra supporter la vie carcérale, vu son âge avancé.


Le tribunal s'est conformé au réquisitoire du procureur de la République et a retenu une amende de 200 mille FCFA contre Ndiaga Seck. Son prochain passage à la gare de péage est à surveiller. 


AWA SECK (STAGIAIRE)

Cet article a été ouvert 10730 fois.

Publié par

Monia inakanyambo

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial