Bakel - Mady Bathily et des cadres intègrent le Pastef

lundi 29 avril 2024 • 376 lectures • 0 commentaires

Actualité 3 semaines Taille

Bakel - Mady Bathily et des cadres intègrent le Pastef

PUBLICITÉ

iGFM - (Dakar) Face aux multiples problèmes auxquels le département de Bakel est confronté, l'administrateur civil, Mady Bathily, par ailleurs secrétaire général de la Convention des cadres de Bakel, a décidé avec des amis de descendre dans l'arène politique, en intégrant le PASTEF au niveau local. Ils l'ont fait savoir lors de sa rentrée politique tenue samedi à Dakar. Ils entendent ainsi avec les nouvelles autorités contribuer au développement de leur département.

 Dans son intervention axée sur trois points : le pourquoi de son engagement, pourquoi Pastef et quelle  la suite, Mady Bathily a expliqué au public composé de cadres, de jeunes, d'étudiants, de femmes, de sages, d'opérateurs économiques et des sénégalais de la diaspora, son engagement politique.

PUBLICITÉ


 

PUBLICITÉ


Pourquoi un engagement politique ?  Il a rappelé que l’engagement, il l'a eu déjà car jusque-là, il est le Secrétaire général de la Convention des Cadres du Département de Bakel, poste pour lequel, il démissionnera compte tenu de son entrée dans la vie politique. L’objectif de la Convention est de faire du lobbying auprès des autorités étatiques pour prendre en charge les préoccupations au niveau de notre département.


 Cette fois – ci son engagement va connaitre un niveau supplémentaire pour que notre département trouve des solutions aux problèmes de ses routes, de ses écoles, de la santé, de son agriculture, du chômage des jeunes, bref de son développement.


Pour cela, soutient M. Bathily, " il nous faut un renouveau de son leadership, d’un leadership transformationnel parce que ceux qui doivent défendre nos localités doivent être à même de prendre en charge les questions d’intérêt local au niveau de l’Assemblée nationale, du Conseil départemental et de la Mairie. Les leaders qui devront représenter les populations locales devront s’investir exclusivement pour l’intérêt général. Ils devront comprendre les enjeux du développement local et ouvrer quotidiennement à interpeller les autorités étatiques sur les préoccupations de leurs mandataires. Ils devront enfin faire appel à tous les fils du département pour qu’ils apportent leur pierre à l’édifice. Ils devront s’approcher des cadres intellectuels, des entrepreneurs, des artistes, bref de tous ceux qui par leur talent, leurs activités peuvent jouer un rôle dans le développement local".


"Notre engagement au-delà des questions locales va aussi vers l’objectif d’un Sénégal plus juste orienté vers le développement humain. Au 21éme siècle, le Sénégal devra être un havre de démocratie où les libertés publiques sont reconnues et garanties, où la justice est indépendante, où la santé ne doit pas être un luxe, où l’éducation doit promouvoir un capital humain fort, gage d’un pays avec une bonne qualité de vie. Notre pays doit rivaliser avec les pays qui émergent, les pays qui se distinguent en mieux sur l’échiquier international. Un pays qui prône les valeurs défendues par Nelson Mandela, Cheikh Anta DIOP, Nkwamé Krumah" dit-il.


 


Pourquoi Pastef ?


En vérité, confie-t-il: "je me disais toujours que je ne ferai pas de la politique. Je me disais que je pouvais être utile à mon pays en restant fonctionnaire, en restant dans l’administration et pour Bakel, en œuvrant dans les associations comme dans la Convention des Cadres.


Mais quand Ousmane SONKO a commencé à faire la politique, je le suivais beaucoup dans ses interventions à l’Assemblée nationale. Je me retrouvais dans ses positions. Je suivais toutes ses interventions, lu son livre SOLUTIONS, suivais l’actualité concernant PASTEF, m’indignai de l’acharnement dont son leader faisait l’objet du régime d’alors. La seule chose qui me restait c’était de sauter le pas. Aujourd’hui, avec l’alternance, le souci d’être constant avec moi-même, la conviction que le département de Bakel a besoin de tous ses fils et l’appel d’amis du département de Bakel et de sa diaspora m’ont convaincu que l’engagement politique était inévitable pour moi".


Enfin, quelle sera la suite ?


A l'en croire: "Dès que ma décision de faire la politique est prise, j’ai contacté les Responsables de Pastef au niveau du département pour leur faire part de notre engagement à leurs côtés pour venir en compléments et non en concurrents, travailler avec eux pour l’intérêt du département et non jamais des intérêts personnels.


C’est le lieu pour moi de remercier le Responsable départemental Salam Kanté, le Responsable de la commune Madiagne DIAGNE et le Coordonnateur des cadres du département de Bakel Adama Tandjigora pour leur ouverture et leur disponibilité à nous accueillir.


Inchallah, nous emploierons toutes nos forces pour massifier le parti à côté de la direction du Pastef du département de Bakel pour préparer les prochaines échéances électorales et arriver à ce que notre département ait le taux le plus important dans le Sénégal".


Pour cela, poursuit-il: "nous rassurerons autant que faire se peut tous les acteurs de la politique à Bakel pour parvenir à l’union de tous les fils et j’en appelle toutes les filles et fils du département de Bakel à rejoindre le Pastef quel que soit leur bord politique et se dire que le seul intérêt qui compte c’est l’intérêt du département".


Pour finir, il a réitéré toute leur gratitude et leur dit : "nous ne vous décevrons pas et ensemble construisons le département de Bakel".

Cet article a été ouvert 376 fois.

Publié par

Harouna Fall

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial