Barka Ba : «L’heure d’un changement de cap est arrivée pour moi…»

mardi 25 mai 2021 • 2299 lectures • 1 commentaires

Société 3 semaines Taille

Barka Ba : «L’heure d’un changement de cap est arrivée pour moi…»

IGFM - Analyste politique et spécialiste des questions internationales, Barka Ba revient sur la tension actuelle qui prévaut au Mali.  Même si par miracle le Mali tient encore avec autant de crises, Barka Ba qui a pris un autre cap après son départ du Groupe futurs médias (Gfm), reste convaincu que tous les indicateurs prouvent que ce pays n’est pas encore sorti de l’auberge.

Vous êtes journaliste spécialiste des questions internationales et analyste politique. Comment analysez-vous la situation qui prévaut actuellement au Mali ?


Ce qui se passe au Mali est grave. Ce pays voisin très lié au Sénégal est entré malheureusement dans un cycle d’instabilité chronique depuis le coup d’Etat du Capitaine Amadou Haya Sanogo en 2012 qui a conduit à l’effondrement de l’Armée malienne dans la foulée d’une énième rébellion dans le Nord du pays, suivie d’une conquête par les groupes djihadistes de cette région grande comme deux fois la France. Malgré le déploiement d’une mission onusienne (Minusma) et la présence de milliers de soldats français, le Mali peine à retrouver sa stabilité et à exercer la plénitude de sa souveraineté sur tout son territoire. Après le coup d’Etat contre le Président Ibrahim Boubacar Keita (Ibk) mené en août dernier principalement par de jeunes Colonels engagés sur le terrain, la formation d’un gouvernement de transition sous la direction du Président Bah Ndaw et du Premier ministre Moctar Ouane, soutenus par la communauté internationale, avait fait renaître un espoir de normalisation. Mais apparemment, avec les bruits de bottes auxquels on a assisté hier et qui ont conduit à l’arrestation du Président et du Premier ministre, tout indique qu’il y a de très fortes contradictions au sommet de l’Etat. Tout cela, sur fond de luttes d’influence sourdes entre acteurs de l’ombre qui sont proches de certaines puissances étrangères.


Le putsch vous a trouvé au Mali, quel lendemain pour ce pays ?


Quoi qu’il puisse se passer dans les prochains jours, tous les indicateurs prouvent que le Mali n’est pas encore sorti de l’auberge. C’est un pays qui vit des crises multiples : menace sécuritaire, partition de fait du pays, poussée djihadiste, soupçons de pretorisation du jeu politique avec des militaires ambitieux qui auraient pris goût au pouvoir, jeux d’influence féroces de puissances extérieures... Au point que, sans mauvais jeu de mots, on peut parler de risque de Somalisation du Mali et de la sous-région, si rien n’est fait pour arrêter cette course à l’abîme. Pour un pays considéré déjà comme l’un des plus pauvres au monde, mais qui regorge pourtant de richesses inestimables, c’est déjà un miracle que le pays tienne encore avec autant de crises. Et il est grand temps que le Sénégal, qui a déjà fourni un effort considérable en envoyant un important contingent à la Minusma, renforce son personnel diplomatique sur place et le dote de moyens conséquents. C’est une question de sécurité nationale.


Vous avez décidé de changer de cap avec votre départ de Gfm. Peut-on avoir une idée sur la nouvelle carrière que vous voulez embrasser ?


 Effectivement, depuis quelques jours, j’ai décidé de quitter le Groupe futurs médias (Gfm) où je travaillais depuis 10 ans et où j’ai tour à tour occupé les fonctions de Directeur de L'Observateur et Directeur de l’information de la Tfm (Télévision futurs médias). L’heure d’un changement de cap est arrivée pour moi d’autant plus que la relève est maintenant bien assurée par nos jeunes confrères. J’ai envie de relever de nouveaux challenges et de développer de nouveaux projets personnels. C’est l’occasion pour moi d’exprimer ma reconnaissance et ma gratitude à l’endroit du Président du conseil du groupe, Youssou Ndour, et à l’ensemble du personnel qui m’ont permis de vivre une expérience très enrichissante tant au plan humain qu’au plan personnel. Le Groupe Futurs médias reste une famille pour moi.

Cet article a été ouvert 2299 fois.

Publié par

Daouda Mine

editor

1 Commentaires

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial