La vérité sur l’arrestation de Djidiack Diouf, le manager de Viviane Chidid, arrêté pour trafic de visas

Société

IGFM – Faux, usage de faux dans des documents administratifs, association de malfaiteurs, trafic de visas… C’est la kyrielle d’infractions provisoirement retenue contre Djidiack Diouf, manager de la célèbre chanteuse Viviane Chidid, et quatre autres personnes placés en garde à vue. La Section de recherche qui a signé ce vaste coup de filet, élargit son champ d’investigation et d’autres têtes devraient suivre, assurent nos sources.

La nouvelle a eu l’effet d’une bombe dans le monde de la musique sénégalaise. Djidiack Diouf, manager de la diva de la musique sénégalaise Viviane Chidid, a été cueilli en même temps que quatre autres personnes par les gendarmes de la Section de recherches de Colobane. À l’origine de leurs démêlées avec Dame Justice : une présumée affaire de trafic de faux visas démantelé par les hommes du Commandant Mbengue. Pour les nécessités de l’enquête, Djidiack et Cie ont été placés en garde à vue dans les locaux de la Section de recherches où ils ont passé la nuit hier vendredi. Selon «Libération online», l’ancien mari de Viviane, le sieur Moustapha Dieng, a lui aussi été entendu par les gendarmes de la Section de recherches qui n’ont cependant pris aucune mesure d’arrestation contre lui.

«Pour le moment, nous tentons de réunir toutes les pièces du puzzle qui soutiennent cette affaire de trafic de visas et cherchons à situer les responsabilités individuelles des mis en cause.» Cette confidence faite hier vendredi à l’ébruitement de l’affaire se précisera au fur des heures et les langues vont se délier pour situer les contours du dossier. Selon des sources concordantes, tout est parti de l’interpellation, en début de semaine dernière, d’un individu qui détenait par dévers lui un lot de documents administratifs et autres titres de voyages suspects. Les gendarmes de la Section de recherches de Colobane qui ont parcouru les documents décèlent la marque de fabrique d’un réseau de faussaires avisés. Le mis en cause sera ainsi cuisiné par les pandores qui vont parvenir à lui tirer les vers du nez. Le suspect se lâche, balance ses présumés acolytes et donne même l’adresse de la structure «sis à Liberté 6» où seraient confectionnés ces documents incriminés.

Une descente est aussitôt organisée à ladite adresse par un dispositif de la Gendarmerie. L’opération qui aurait été lancée mercredi dernier portera ses fruits. Selon des sources concordantes, «Djidiack Diouf et quatre autres personnes, dont Petit Mbaye, sont pris de court dans une multiservice qui propose également des services informatiques. Le local bouclé, les pandores vont procéder à une perquisition des lieux. Un exercice sanctionné par la saisie de plusieurs documents compromettant dont «un lot de passeports retrouvés dans un sac dont la paternité est imputée à Djidiack». Toutes les personnes retrouvées sur les lieux sont embarquées et conduites dans les locaux de la Section de recherches pour nécessités d’enquête. Ce n’est pas tout, «des cachets de la formation musicale de Viviane Chidid, le «Djoloff Band», seront en sus découverts par les enquêteurs. A en croire nos interlocuteur, «à ce stade de l’enquête, tout porte à croire qu’il s’agit d’un réseau qui s’active dans le trafic de visas au profit de candidat à l’émigration que l’ont fait passer pour des musiciens ou membres du staff de l’artiste. Mais, seule l’enquête en cours permettra de confirmer ou infirmer cette piste.»

Après avoir réuni suffisamment d’indices concordantes de nature à motiver l’arrestation des mis en cause, les pandores ont notifié à Djidiack et Cie la mesure de placement en garde à vue prise à leur encontre. Décidés à se faire une religion sur la chaîne de complicité de ce réseau, les hommes en bleu de la Section de recherches de Colobane ont décidé de ratisser large en fouinant dans l’entourage du «Djoloff Band». Mieux, «une audition dans les prochaines heures de la chanteuse Viviane Chidid n’est pas exclue», assurent des sources qui soufflent que «d’autres têtes devraient tomber».

Abdoulaye DIEDHIOU

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*