Agriculture : le ministre sortant fait le point !

vendredi 23 septembre 2022 • 427 lectures • 0 commentaires

Société 2 mois Taille

Agriculture : le ministre sortant fait le point !

PUBLICITÉ

iGFM - (Dakar) Nouveau ministre de l’Enseignement supérieur, de l’Innovation et de la Recherche, le Pr Moussa Baldé a cédé le fauteuil de ministre de l’Agriculture à Aly Ngouille Ndiaye. Au cours de la cérémonie de passation de services, il a fait le point sur l’évolution dans le secteur agricole dont il assurait la tutelle jusqu’ici.

«Les productions agricoles ont sans cesse augmenté depuis 2019, nous permettant de consolider les excellents résultats enregistrés dans ce domaine depuis 2012. Pour exemple, la production céréalière est passée de 2 768 799 tonnes en 2019 à 3 640 545 tonnes en 2020 et 3 480 394 tonnes en 2021», a indiqué le Pr Moussa Baldé.

Il renseigne que la production d'arachide a également atteint d'excellents niveaux ces dernières années, passant de 1 421 288 tonnes en 2019, à 1 797 486 tonnes en 2020 et 1 677 804 tonnes en 2021.

«Par ailleurs, dans le souci constant d'améliorer les revenus des producteurs, le Président de la République a favorisé la hausse régulière du prix au producteur de l'arachide qui est passé de 175 F/KG en 2012 à 210F en 2020, avant d'atteindre 250 F en 2021 et 2022», dit-il.

Avec ces prix au producteur fixés par l’Etat, ce sont plus de 524 milliards de FCFA directement perçus par les producteurs d'arachide en 2019, 2020, 2021 et 2022, si l'on se réfère à la collecte officielle enregistrée durant ces quatre campagnes De commercialisation, indique le ministre sortant.

Il a évoqué le Programme d'équipement du monde rural, notamment la validation du Programme Agricole de Souveraineté, qui devient le nouveau référentiel devant servir de levier d'action de notre politique agricole. 

Mais, le Pr Moussa Baldé a souligné que «les conséquences encore perceptibles de la crise de Covid-19, ainsi que l'onde de choc du conflit russo-ukrainien durement ressentie en Afrique, sont là pour nous rappeler qu'il nous faut produire plus et mieux, afin de nourrir notre pays et assurer sa souveraineté alimentaire.»

PUBLICITÉ

Cet article a été ouvert 427 fois.

Publié par

Youssouf SANE

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial