Le Covid dans la pédiatrie: Enfants en danger, alerte un pneumo-pédiatre

mardi 3 août 2021 • 1043 lectures • 0 commentaires

Actualité 2 mois Taille

Le Covid dans la pédiatrie: Enfants en danger, alerte un pneumo-pédiatre

PUBLICITÉ

Ils étaient considérés comme étant plus résistants au Covid-19. mais la donne a changé depuis l'arrivée du variant Delta au Séné gal. Aujourd'hui, les enfants sont de plus en plus touchés, et développent même des formes graves de la maladie, qui se sol- dent parfois par des décès. Selon le Pr Idrissa Demba Ba, chef du service pneumonie pédiatrique à l'hôpital pour enfants Albert Royer, la maladie est en train de rajeunir.

L'alerte a été lancée par la Directrice générale de la Santé. «Depuis deux à trois jours, nous notons au niveau de nos centres de Santé des enfants qui sont atteints, de tout petits enfants, mais nous continuons l'investigation au niveau de toutes les structures opérationnelles. Malheureusement, nous avons, de ce côté, des décès qui ont été accentués par des comorbidités, c'est-à-dire des maladies chroniques, surtout des maladies sanguines». Une manière pour le Dr Marie Khémesse Ngom Ndiaye, qui sortait d'une réunion du Comité national de gestion des épidémies (Cnge), de signaler que le Covid-19 avec son variant Delta n'épargne plus personne. Les enfants étaient considérés comme étant plus résistants et moins vulnérables au Covid. Mais ça, c'était avant l'arrivée du Delta. «Comparativement aux précédentes vagues de Covid, nous avions eu des cas chez les enfants et chez les adolescents, mais il n'y avait pas beaucoup de cas sévères, c'était le plus souvent des formes légères, voire asymptomatiques, fait savoir le Pr Idrissa Demba Ba, pneumo-pédiatre.

PUBLICITÉ


Mais ces dernières semaines, nous avons constaté des cas sévères chez les enfants, et cela nous préoccupe beaucoup. On a l'impression que la maladie est en train de rajeunir, c'est-à-dire que le Covid-19 est en train de devenir une maladie plus sévère chez les enfants.» Point focal Covid-19 à l'hôpital pour enfants Albert Royer, Pr Ba indique que beaucoup de facteurs peuvent expliquer cette situation. «Il y a une augmentation des cas en nombre au niveau national et international, et c'est dû essentiellement au variant viral, explique-t-il. Au Sénégal, les résultats des laboratoires montrent que le variant Delta est le plus prédominant, et on pense que c'est ce variant qui se multiplie beaucoup plus rapidement et qui donne beaucoup plus de cas de contagion, qui est probablement responsable de ces cas sévères. Mais nous avons besoin de faire des études pour voir pourquoi pendant les premières vagues, on avait des cas moins sévères, et pourquoi subitement, nous avons plus de cas sévères qui nécessitent des hospitalisations chez les enfants.»

PUBLICITÉ


«6 à 8% de cas modérés, 3 à 4% de formes sévères»


Selon Pr Ba, qui est également chef du service pneumologie pédiatrique à l'hôpital Albert Royer, beaucoup de pédiatres leur signalent des cas sévères qui nécessitent des hospitalisations, et il y a même de jeunes enfants qui sont décédés du Covid. «Dans 90% des cas, le Covid chez l'enfant est une maladie asymptomatique ou avec des formes légères. Ça donne un rhume, de fièvre, mais sans autre symptôme. Il y a à peu près 6 à 8% des cas un peu où c'est des formes modérées, avec des difficultés respiratoires, toux... mais ces enfants ont une bonne oxygénation et un bon état général. Ça peut aussi être accompagné de vomissements ou de diarrhée. Pour les formes sévères c'est à peu près 3 à 4%, qui vont entraîner une détresse respiratoire, avec une atteinte pulmonaire sévère qui peut dépasser 75%, parfois des défaillances au niveau des autres organes comme le coeur, les reins... mais ce sont des formes très rares.


Mais ce qu'on a constaté ces derniers temps, c'est qu'on peut avoir des formes sévères chez les enfants. Est-ce lié au fait qu'il y a beaucoup plus de cas parce que le variant Delta est beaucoup plus contagieux, cela reste à voir. Jusqu'à présent, on considère les personnes âgées, avec des comorbidités, comme les plus vulnérables, mais certains enfants qui ont des comorbidités, telles que la drépanocytose, peuvent être considérés comme des sujets très sensibles. Ce qui est bizarre, c'est que parfois, on peut voir des enfants qui n'ont aucune comorbidité, développer une forme sévère de la maladie.» Le pneumo-pédiatre se veut toutefois prudent quant au lien entre le variant Delta et l'augmentation des cas graves chez les enfants, une hypothèse qui devra être confirmée par des études.


«On sera obligés de rajeunir l'âge de la vaccination»


Dans ce contexte, la question de la vaccination chez les plus jeunes se pose. Jusque-là au Sénégal, la vaccination se fait à partir de 18 ans, mais Pr Idrissa Demba Ba est d'avis qu'il faudrait penser à rabaisser cet âge. «On voit beaucoup de jeunes adultes et des enfants, de moins d'un an parfois, décéder du Covid, et ce sont des données nouvelles que nous avons au niveau de l'épidémiologie. Le fait est que le Covid rajeunit, c'est une maladie qui touche les enfants qui étaient considérés comme des sujets qui réagissent de façon moins exagérée au virus, et qui commencent à faire des formes sévères. Certaines études disent qu'on peut vacciner à partiír de 10 ans, d'autres à partir de 6 ans. Pour l'instant, nous n'avons pas encore assez de vaccins au Sénégal, mais je pense qu'au fur et à mesure qu'on aura assez de vaccins, on sera obligés de rajeunir l'âge de la vaccination.»


Il ajoute qu'l faut que tout le monde se vaccine parce que pour le moment, c'est la seule arme efficace, en plus des mesures barrières, «La majeure partie des enfants qui sont infectés ont été contaminés par leurs parents ou des proches, donc si les adultes se vaccinent et respectent les gestes barrières, la contamination dans la communauté et dans les familles va diminuer, et les enfants seront protégés. Mais il faut savoir que c'est le virus qui est l'expert actuellement, les données sont en train de changer et nous suivons.» Le pédiatre exhorte par ailleurs, les parents à se rendre très vite en consultation lorsque leur enfant présente des symptômes, et ne pas attendre que la situation s'aggrave et que leur état clinique se détériore.


ADAMA DIENG

Cet article a été ouvert 1043 fois.

Publié par

Monia inakanyambo

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial