"Sanctions illégales": Le Mali va saisir les juridictions internationales

dimanche 16 janvier 2022 • 770 lectures • 0 commentaires

International 5 mois Taille

PUBLICITÉ

IGFM - Le Mali va saisir les juridictions internationales pour contester les sanctions "illégales" imposées par les Etats ouest-africains à son encontre et qui visent à le "vassaliser", a déclaré le Premier ministre de transition Choguel Kokalla Maïga.

"Ces mesures sont illégales au regard de plusieurs conventions internationales" dont celle qui "interdit des sanctions contre un pays sans littoral" comme le Mali, a affirmé M. Maïga dans un entretien diffusé samedi soir à la télévision publique.
"Nous avons élaboré une stratégie de riposte contre ce processus de vassalisation de l'Etat malien. Parmi la batterie de mesures, (certaines sont) à caractère juridique. Nous allons porter plainte contre ces mesures devant les institutions habilitées au niveau international", a-t-il dit, sans citer les instances auxquelles il fait référence.
La Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) et l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) ont pris le 16 janvier une batterie de mesures économiques et diplomatiques vigoureuses à l'encontre du Mali en réaction aux vélléités de la junte de se maintenir au pouvoir encore plusieurs années.
Ces mesures sanctionnent notamment la promesse non tenue des colonels d'organiser le 27 février prochain des élections présidentielle et législatives qui auraient ramené des civils à la tête du pays.
La Cédéao, qui maintient les échanges commerciaux des produits de première nécessité, a aussi décidé de couper ses aides financières et de geler les avoirs du Mali à la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO).
Les pays membres vont rappeler leurs ambassadeurs au Mali, théâtre de deux coups d'Etat militaires depuis 2020 et en proie à une profonde crise sécuritaire.
Ces sanctions visent à "fragiliser notre Etat et nous humilier mais si vous enlevez les influences étrangères, entre nous, Africains, on va se comprendre", a poursuivi M. Maïga.
"Certains pays se servent de la Cédéao et de l'Uemoa pour régler d'autres comptes. Il y a un habillage que nous comprenons très bien", a ajouté le chef du gouvernement, affirmant que ces organisations sont instrumentalisées par "des puissances extra africaines".
Des manifestations massives contre les sanctions ouest-africaines ont été organisées vendredi à Bamako et à travers le pays, à l'appel de la junte.

PUBLICITÉ


AFP

PUBLICITÉ

Cet article a été ouvert 770 fois.

Publié par

Daouda Mine

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial