Emoi aux USA après la mort d'un noir abattu par un policier blanc

samedi 15 janvier 2022 • 1002 lectures • 0 commentaires

International 1 jour Taille

Emoi aux USA après la mort d'un noir abattu par un policier blanc

PUBLICITÉ

La mort d'un homme noir abattu par un policier blanc dans des circonstances confuses suscite des remous à Fayetteville, dans le sud-est des Etats-Unis, où les proches de la victime et les habitants se sont rassemblés jeudi soir.

Samedi après-midi, le policier, employé depuis 2005 par la ville, n'était pas en service. Il roulait à bord de son véhicule avec sa femme et sa fille, quand il a croisé Jason Walker, un homme de 37 ans non armé qui traversait la rue près de la maison de ses parents.

Quelques instants plus tard, il ouvrait le feu sur M. Walker qui a rapidement succombé à ses blessures. Ce qui s'est passé entre-temps fait l'objet de versions différentes.

Dans une vidéo amateur, filmée juste après le drame et mise en ligne, le policier explique à des collègues appelés sur place que Jason Walker s'est jeté au milieu de la rue et qu'il a freiné pour l'éviter.

Selon lui, le trentenaire s'est alors jeté sur son véhicule, a arraché son essuie-glace et s'en est servi pour frapper le pare-brise, le forçant à dégainer son arme pour protéger sa famille. Mais des témoins assurent qu'il a heurté le piéton avant de s'arrêter.

"Je l'ai vu freiner brusquement, s'arrêter et repartir", a raconté Elizabeth Ricks sur la chaîne ABC. "Je l'ai vu heurter Jason (...) et son corps a atterri sur le pare-brise. Et là j'ai entendu des tirs. Je crois qu'il a tiré le premier coup à travers le pare-brise et trois autres fois en dehors du véhicule", a-t-elle ajouté.


Selon la police, la boîte noire du pick-up de Jeffrey Hash n'a pas enregistré de choc et le corps de Jason Walker n'avait pas de traces d'impact, autre que celui des balles.

L'agent a été placé en congé administratif, mais ni arrêté ni inculpé à ce stade. Les investigations ont été confiées à des enquêteurs de l'Etat.

"Nous avons des raisons de penser qu'il s'agit d'un dossier du style "on tire d'abord, puis on pose des questions", une philosophie que l'on voit trop souvent parmi les forces de l'ordre", a estimé dans un communiqué Ben Crump.


Les policiers américains tuent en moyenne un millier de personnes par an, avec une surreprésentation des Afro-Américains parmi leurs victimes. Ils sont toutefois rarement poursuivis en justice, même si les grandes manifestations antiracistes de l'été 2020 ont amorcé un changement dans les tribunaux.

PUBLICITÉ


Avec l'Agence France-Presse

PUBLICITÉ

Cet article a été ouvert 1002 fois.

Publié par

Youssouf SANE

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial