L'improbable fauteuil pour deux

vendredi 22 mars 2024 • 840 lectures • 0 commentaires

Blog 1 mois Taille

L\'improbable fauteuil pour deux

PUBLICITÉ

iGFM - (Dakar) A une semaine du vote le Sénégal retient son souffle l’heure est grave à juste raison. En faveur de la loi d’amnistie Ousmane Sonko et son poulain et pas moins candidat aux prochaines élections présidentielles sont libérés et accueillis par une foule en liesse pour l’essentiel de jeunes gens acquis à la cause au « PROJET ».


La loi d’amnistie initiée par le Président de la République à peine promulguée le revoilà
Monsieur Ousmane Sonko en conférence de presse avec son candidat Bassirou Diomaye FAYE
tout doux, tout gentil tel un talibé devant son marabout qui l’a désigné en grand patron d’une
coalition composée de « leaders » qui capitalisent des décennies d’expériences politiques.
Cette campagne électorale est inédite et est marquée par de multiples rebondissements qui
ont failli nous coûter un second report avec le recours du parti démocratie sénégalais (PDS)
manipulé par un candidat pour lequel nous ne savons pas sa volonté réelle de participer à des
élections dans ce pays.

PUBLICITÉ


La vraie et réelle motivation est restée une véritable énigme. Le PDS ne
servirait-il pas de faire-valoir au Président Macky Sall accusé d’avoir voulu empêcher la tenue
des élections à quelle fin nous le saurons peut-être plus tard. Oooh la politique chez nous
comme on dit littéralement en wolof « dou eumbeu dey kheuy weussin ».

PUBLICITÉ



Aléa jacta est les dés sont jetés nous voilà donc sur la dernière ligne droite pour un sprint final,
qui d’entre ces candidats remportera cette course pour maintenir le Sénégal dans cette
trajectoire de croissance dans ce contexte pré-exploitation des ressources gazières et
pétrolières ou nous plonger dans des lendemains incertains pour bien longtemps que Dieu nous
en préserve.



A une semaine du vote rares parmi les prétendants que nous pouvons qualifier de sérieux nous
parlent de programme. L’exigence qu’on prête aux sénégalais ne porte pas sur ces aspects
hélas. Le débat programmatique est sans cesse occulté au profit des considérations subjectives
et émotionnelles qui risquent fort de peser sur la balance le jour du vote. Cette absence de
rigueur des électeurs dans leur écrasante majorité surtout sur la couche jeune, nous expose à
des lendemains sombres. Les cafouillages, les errements sur des questions sérieuses d’une
extrême gravité à savoir la monnaie, l’installation d’une vice-présidence taillée sur mesure
pour le patron que lui-même s’est empressé de minimiser au profit d’un poste de premier
ministre et en dernier la capitale qui pour lui devrait sans doute être ramenée en Casamance
quelle formidable idée.



Ce choix que nous sommes appelés à faire est capital, jamais les lignes de fractures n’ont été
aussi marquées entre les différents camps. Paradoxalement au même moment, nous notons
un changement radical dans la nouvelle stratégie de communication du probable futur VicePrésident à l’endroit du Président Macky Sall beaucoup plus respectueuse et avenant il ne
serait plus l’ennemi désigné, cet ennemi est tout trouvé il s’appelle Amadou Ba le candidat de
Benno visiblement le dialogue à porter ses fruits.



Après avoir fortement réfuté lors du vote du projet de loi ou ils ont hurlé urbi et orbi qu’ils ne
dialoguaient avec personne encore moins avec Macky Sall avec l’outrecuidance qui les
caractérise. La conférence de presse de Ousmane Sonko et de son poulain a été très attendue 
et suivie par les sénégalais qui avaient hâte de le voir encore mieux de l’entendre dans son
nouveau costume de candidat. Cet exercice a été d’une grande importance parce que a permis
de lever un coin du voile sur la personnalité, le charisme de l’homme qui aspire à diriger le
Sénégal.



Une analyse sémiologique des détails et contours de la conférence de presse montre un
Bassirou Diomaye Faye peu sûr de lui avec une voix tremblotante, un regard fuyant écrasé par
la personnalité de son leader, marmonnant des propos à peine audible. Ousmane Sonko
dominateur en gourou comme il sait l’être lance les premières salves en direction de son ex
boss Amadou Ba la cible quoi de plus normal on est aussi en politique.


Cette attaque révèle la nature calomnieuse de ces propos, c’est sa marque de fabrique des accusations graves sur Mamour Diallo qui aurait piqué FCFA 94 Milliards, Mame M Niang de ces dires, avait même
réussi à subtilisé tout le budget lol (rires) des quatre DAC soit FCFA 29 Milliards et bien d’autres
jusque-là sans le moindre début de preuve ; il a été jugé et condamné dossier clôt. Il a
également porté de graves accusations sur le candidat du Benno Amadou Ba.


La question que je me pose c’est comment un simple agent peut alpaguer son Directeur Général et pas des moindres le Directeur Général des Impôts et Domaines, le menacer de surcroit si ce n’est pas
anecdotique dites-moi comment cela est-il possible dans une administration comme celle de
la DGID une vraie machine quoique le connaissant nous pouvons imaginer que ce discours est
destiné plus à ces Followers qu’à d’autres mais ça passe chez ceux-là, c’est ça le Sénégal de
nos jours malheureusement.



La prise de parole très attendue de Bassirou Diomaye Faye a permis de voir un homme qui
visiblement très peu sûr de lui, une absence totale de confiance en soi. Nous nous attendons à
un grand exposé sur les grandes lignes du fameux « PROJET » nous sommes restés sur notre
faim en lieu et place nous avons eu deux annonces phares voire trois qui traduisent d’une
impréparation, d’une ignorance totale de l’histoire politique du Sénégal, du rôle éminent de la
monnaie dans l’économie d’un pays et des questions sécuritaires. Ces annonces cristallisent toutes les attentions, les craintes et les peurs.


L’annonce faite sur la Vice-Présidence est aussi comme j’ai eu à la qualifier lors de ma dernière
parution d’un aveu d’incapacité tout comme la formule le slogan DiomayMoySonkoMoyDiomay pour partager le pouvoir avec son leader parce que conscient qu’il n’en a pas les capacités, la carrure et les compétences qu’on lui prête.


 Après s’être ravisé ils envisageraient maintenant de prévoir cette réforme pour le second mandat à quoi bon l’annoncer maintenant ça sent l’escroquerie politique pour profiter de ce qui reste de l’aura de
son patron.


L’annonce de réforme concernant la sortie du franc CFA a été faite de façon très laconique
comment on ne sait pas encore. On se rappelle tous quand son boss a été élu Maire de
Ziguinchor une des premières propositions c’était la création d’une monnaie locale depuis il
n’en parle même plus. Sur cette question précise nous attendons la réaction des Etats et
organisations sous régionales (CEDEAO et l’UEMOA) avec qui nous partageons la monnaie et
l’espace géoéconomique.
 
La dernière annonce faite ce samedi en déplacement dans le sud sans doute pour plaire à nos
parents Diola que la Casamance devrait être la capitale du Sénégal est d’une extrême gravité.
Cette partie du pays frontalière avec la Gambie et la Guinée Bissau où la paix n’est pas
totalement encore revenue. Des villages entiers désertés par les populations, des champs
agricoles inexploitables et totalement minés comment peut-on un instant imaginer déplacer
la capitale sur cette zone.



Du côté du Benno Amadou Ba quant à lui compte s’appuyer sur le PSE (Plan Sénégal Emergent)
horizon 2035 qu’il connaît bien pour avoir été un acteur principal dans sa conception et dirigé
la délégation sénégalaise au groupe consultatif de Paris de Février 2014 deux ans après la
seconde alternance et en 2018 avec les succès que nous connaissons. Cette option à mon sens
est cohérente et logique mais devra forcément obéir à des réformes sur bien des aspects pour
plus de pertinence et d’impact sur les problématiques soulevées plus haut.



Les sénégalais sont fatigués oui sans doute malgré tous les investissements consentis par l’Etat
du Sénégal avec un taux de croissance d’année en année qui avoisine les 6% pas assez. Nous
avons l’obligation d’aller vers des croissances à deux chiffres pour avoir un impact réel sur la
vie le chômage des jeunes et la vie des sénégalais de façon plus générale.



Ce qu’on attend d’Amadou Ba Président de la République du Sénégal si les sénégalais en
décident, c’est d’accélérer la cadence dans la prise en charge des besoins exprimés par les
sénégalais. De travailler à la réduction des inégalités sociales, de renforcer la transparence
dans la gestion des ressources et dans le choix des hommes les critères de compétence doivent
être de mise et aussi sur les questions de redevabilité.



Nous pensons que la réflexion devrait être axée sur les moteurs de la croissance. Identifier ces
secteurs qui la tirent et faciliter l’accès des jeunes à ces emplois par une formation
professionnelle de qualité dans le contexte préexploitation du gaz et du pétrole qui offrent
énormément de débouchées de toute sort. Nous devons renforcer la qualité dans le système
éducatif pour donner plus d’aptitude aux jeunes. Une bonne partie de la croissance profite aux
entreprises étrangères le transfert des compétences dans le cadre des partenariats devrait être
une réalité pour le bien des sénégalais et s’inspirer des modèles qui marchent ailleurs.


L’autre aspect qui nous semble aussi d’une grande importance c’est de veiller à la
transformation sur place de nos matières premières telles que l’anacarde, l’arachides, les
matières premières extractives et autres il faut impérativement procéder à la
réindustrialisation de ce pays si on veut réellement offrir de l’emploi à nos jeunes et sortir de
ces situations chaotiques.



Entre l’amateurisme, l’incompétence, la médisance et l’aventure je choisis la sérénité,
l’expérience, la compétence et l’expertise dans la conduite des affaires de l’état.
Nous appelons encore les sénégalais à un choix de raison sans la paix et la stabilité rien n’est
possible.



Alassane C Faye
Dakar Sénégal 

Cet article a été ouvert 840 fois.

Publié par

Harouna Fall

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial