igfm.sn : Informez-vous juste et vrai

L’exclusion de Moustapha Diakhaté de l’Apr et d’autres sujets à la Une

Actualité
iGFM – (Dakar) – L’exclusion de Moustapha Diakhaté des rangs de l’Alliance pour la République (APR) et la condamnation du meurtrier de la 5e vice-présidente du Conseil économique social et environnement (CESE) sont les sujets en exergue dans les quotidiens reçus mercredi à l’Agence de presse sénégalaise (APS).
’’Macky Sall sabre Moustapha Diakhaté’’, affiche à la Une Tribune pour parler de l’exclusion de l’ancien directeur de cabinet du chef de l’Etat de l’Alliance pour la République (APR). ‘’(…) il est évident que la goutte de trop qui a poussé Macky Sall, président de l’APR, à sabrer Moustapha Diakhaté n’est autre que le courant de pensée et/ou mouvement qu’il a voulu instaurer au sein de l’APR’’, écrit Tribune.
L’Alliance pour la République (APR), le parti de Macky Sall, a déclaré, mardi, dans un communiqué avoir exclu définitivement de ses rangs un ancien collaborateur du chef de l’Etat, Moustapha Diakhaté.
« Le conseil de discipline (…) prononce l’exclusion définitive de Moustapha Diakhaté des rangs de l’Alliance pour la République », écrit ladite instance de l’APR dans un communiqué signé de son président, Abdoulaye Badji.
L’APR invoque des « propos séditieux, fractionnistes (…) du camarade Moustapha Diakhaté », qui « entache gravement l’image du parti ».
Déjà dans une « mise au point » publiée lundi, le député Abdou Mbow, adjoint du porte-parole national du même parti, déclare que l’ancien député et collaborateur du chef de l’Etat « a tenté de disqualifier les instances » du parti au pouvoir « en visant directement son mode de fonctionnement ».
Cette décision intervient au lendemain de l’annonce par Moustapha Diakhaté, de la création d’un courant de refondation au sein de l’Alliance pour la République (APR) dénommé ‘’Mankoo taxawu sunu APR : initiative pour la refondation de l’Alliance’’.
Moustapha Diakhaté avait « est libre de créer un mouvement (…) en dehors de l’Alliance pour la République », avait déjà réagi Abdou Mbow.
La décision de la commission de discipline est ’’une farce’’ selon Diakhaté dans une réaction relayée par de nombreux quotidiens dont Enquête qui écrit : ‘’Exclu hier des rangs de l’APR (….) Moustapha Diakhaté minimise pour autant. (….) l’ex-ministre-conseiller de Macky Sall parle d’une farce et d’une diversion’’.
’’Le responsable botte en touche et donne rendez-vous ce jeudi. Il prépare la publication du manifeste et des textes fondateurs de son mouvement Mankoo taxawu sunu APR’’, selon le journal.
Pour le quotidien Kritik, ‘’Macky Sall largue son éminent frondeur’’.
’’Diakhaté et l’APR, c’est fini !’’, s’exclame Le Quotidien. ’’Macky Sall dans le pétrin’’, selon Walfadjri qui signale que Moustapha Diakhté ’’organise la riposte’’ aprés son exclusion.

Commentant l’exclusion de Diakhaté, Wa Grand-Place note que ‘’la commission de discipline valide, Mbaye Ndiaye vacille’’. Le journal rapporte qu’absent de la réunion de ladite commission, ‘’Mbaye Ndiaye s’est exprimé sur les ondes de iradio annonçant son projet d’entamer une médiation’’.

Ce qui fait dire à Vox Populi que ’’contre toute attente, Mbaye Ndiaye, membre de la commission de discipline maintient Diakhaté dans l’APR’’.
Vox Populi revient sur le verdict de la chambre criminelle du Tribunal de grande instance (TGI) de Dakar dans l’affaire du meurtre de la 5ème vice-présidente du Conseil économique social et environnement (CESE). Le meurtrier a été condamné, mardi, aux travaux forcés à perpétuité et doit également payer 350 millions de francs CFA de dommages et intérêts à la famille de la victime.
’’Le +monstre+ écope de la peine maximale’’, souligne le quotidien Kritik. ’’Le juge venge Fatoutama Mactar Ndiaye’’, selon Source A.
Le journal L’As note qu’avec le lancement du budget-programme, ’’l’Etat libère les sous’’.
’’Annoncé depuis quelques années, le Sénégal va changer dès cette année, le format de son budget en passant de budget à budget-programme. Lors de l’atelier de lancement de la gestion budgétaire de l’année 2020, le ministre des finances, Abdoulaye Daouda Diallo, a estimé que ce changement de paradigme dans la gestion des finances publiques va faire vivre au Sénégal un moment crucial’’, écrit le journal.
Selon la publication, ’’les ministres vont ainsi devenir des ordonnateurs de leurs dépenses contrairement aux années précédentes où ils dépendaient du ministère des finances’’.
A propos des finances publiques toujours, Le Soleil note que le budget 2019 a été exécuté à 98 %. L’objectif de 100 % est visé en 2020.

Auteur : Aps 

Derniers articles sur Actualité

Aller vers HAUT