Mort d’un talibé à Louga : Mystère autour des résultats de l’autopsie

Société

IGFM – Un mystère total entoure les conclusions de l’autopsie délivrée suite à la mort suspecte du jeune Abiboulaye Camara. Depuis mardi, date à laquelle la famille attendait à être édifiée sur les circonstances du décès de son enfant, rien n’a filtré sur le rapport médical. Le mis en cause sera déféré aujourd’hui au parquet de Louga.

L’affaire Abiboulaye Camara dit Camou, du nom du jeune talibé de 13 ans décédé dimanche dernier au quartier Artillerie de Louga des suites d’une courte maladie, est loin de connaître son épilogue. Ce dossier, estampillé ultra-sensible et confié aux éléments du commissariat central, est en train d’être géré dans la plus grande discrétion.

Les membres de la famille du défunt avaient sollicité que le corps sans vie soit autopsié afin qu’ils puissent avoir une idée sur cette mort brutale.  Ils ont été entendus par la Police qui avait adressé une réquisition au médecin-légiste de l’hôpital régional Amadou Sakhir Mbaye, afin qu’il leur délivre le certificat de genre de mort où il couchera les causes exactes du décès de l’enfant. Ainsi, après avoir examiné le corps sans vie, Dr Diabaté a réorienté la famille éplorée vers l’hôpital Aristide Le Dantec, ou vers l’Hôpital général de Grand-Yoff.

Le matin de très bonne heure, l’ambulance du centre hospitalier régional a fait mouvement vers Dakar. Il est rentré au bercail le même jour vers 17 heures avec à son bord la dépouille de Abiboulaye Camara et les conclusions de l’autopsie réalisée enfin à l’hôpital Artiste Le Dantec. Seulement, depuis cette date (mardi soir), rien n’a encore filtré sur les conclusions de l’autopsie. Un mystère total entoure cette affaire. Les parents du défunt qui avaient prévu de l’inhumer hier mercredi dans l’après-midi, ont fini par déchanter, car le corps sans vie est toujours gardé à la morgue de l’hôpital régional.

Le maître coranique arrêté depuis lundi

Le maître coranique indexé à tort ou à raison dans cette affaire a finalement été livré à la Police. Il se susurre que pour mieux le mettre en sécurité, ses parents ont choisi cette option. Seulement, d’autres informations tendant à créditer la thèse d’un placement sous mandat de dépôt ont été avancées çà et là. Selon certaines indiscrétions, toutes les procédures ayant trait à la délivrance du certificat aux fins d’inhumer seront diligentées ce jeudi pour que la famille endeuillée puisse enfin faire les funérailles du défunt enfant. Le marabout mis en cause sera par contre déféré aujourd’hui au parquet de Louga.

ABDOU MBODJ