"Plus de 90% des travailleuses domestiques n’ont pas de contrat de travail"

dimanche 4 décembre 2022 • 772 lectures • 0 commentaires

Actualité 1 mois Taille

PUBLICITÉ

iGFM - (Dakar) "Plus de 90% des travailleuses domestiques n’ont pas de contrat de travail" révèle une étude du Centre de recherche et d’action pour les droits économiques sociaux et culturels (CRADESC) présentée ce samedi à Dakar.

Selon Dr. Fatima Diallo, directrice du Centre de recherches et d’action sur les droits économiques, sociaux et culturels : "Les résultats montrent particulièrement qu’en réalité la plupart des travailleuses domestiques sont dans un niveau de précarité assez absolue. Plus de 90% n’ont pas de contrat de travail, les rares cas où on note la présence de contrat entre les différentes parties dans le cadre de ce secteur, c’est quand on est avec des travailleuses domestiques qui travaillent au niveau des représentations diplomatiques, en tout cas, au niveau des expatriés".

PUBLICITÉ


"Et ce qui concerne celles qui travaillent au niveau des ménages sénégalais, la quasi-totalité n’ont pas de contrat de travail. La plupart aussi des travailleuses domestiques, plus de 90% déclarent souvent aussi, être victimes de violence de tout genre.

PUBLICITÉ


La majorité d’entre elles reçoivent dés fois globalement à partir de 27 000F CFA de salaire. La plupart d’entre elles ou même la majorité ne savent même pas ce qu’est la sécurité sociale. ".


Avant d'ajouter, avec les résultats de l’étude, ce qu’on constate, c’est le Sénégal, à l’instar de l’ensemble des pays où nous avions été, a encore un secteur de travail domestique qui est particulièrement préoccupant en termes de précarité, en termes de conditions de travail, en termes de violence sur le genre. Et nous pensons qu’il est important que des décisions importantes soient prises pour avoir le changement escompté pour une meilleure protection des droits des travailleuses domestiques".


C'est pourquoi, dit-elle: "Nous interpellons l’ensemble des acteurs particulièrement les syndicats, les organisations de la société civile mais surtout les acteurs institutionnels en vue qu’on procède à la ratification de la 589 qui est la convention de l’OIT qui a été adoptée en 2011 pour la protection des droits des travailleurs et des travailleuses à travers le monde. Pour l’instant, il n’y a que l’Afrique francophone, il n’y a que la Guinée qui a eu à ratifier la convention ».


Pour Mme Marie Sabine Diatta, contrôleur du travail en service au niveau de la direction générale du travail et de la sécurité sociale: " La plupart des femmes travailleuses au Sénégal ne sont pas prises en compte de façon réglementaire conformément à la loi sénégalaise pour ce qui est du droit du travail. La plupart d’entre elles n’ont pas de contrat de travail, n’ont pas de protection sociale adéquate que ça soit pour la prise en charge des maladies professionnelles et également ne matière de sécurité sociale. Donc, cette étude va nous permettre aujourd’hui de pouvoir prendre en compte les préoccupations de ces travailleuses qui sont des travailleurs comme tout le monde, qui méritent d’avoir une protection sociale, qui méritent d’être prises en compte par le système de sécurité sociale au Sénégal".


Pour sa part, Mme Corka Ndiaye, présidente de l’association de défense des droits et des aides ménagères et domestiques (ADDAD Sénégal): "Nous défendons la même cause, c’est que les travailleuses domestiques puissent jouir de leurs droits. Elles ne sont pas considérées dans les ménages et pourtant, elles exercent un travail noble. Nous voulons le regroupement de toutes les associations afin de porter ce plaidoyer pour une ratification de la convention parce qu’il est temps que ces travailleuses bénéficient d’une bonne protection sociale, de bons contrats".


 


Du côté des syndicats, on tient le même discours. A en croire, Moustapha Kane, représentant des syndicats: « On a été interpelé sur beaucoup de choses surtout sur les droits des femmes travailleuses, elles travaillent comme celles qui sont dans les bureaux. Elles doivent bénéficier de contrat et de la protection sociale comme tout travailleur. Notamment, elles doivent aussi avoir des textes qui doivent réglementer leur secteur qui est tellement important. On est interpellé sur les violences faites à ces travailleuses, ce qui n’est pas normal, elles sont sous-payées, elles sont vulnérables. Nous interpellons les autorités étatiques pour qu’elles fassent quelque chose pour ces braves femmes. Nous sommes prêts à les accompagner. »

Cet article a été ouvert 772 fois.

Publié par

Harouna Fall

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Partager cet article

  

Options

logo iRevue

iRevue du 30 janv.

lune   Il est 04:32   •   temperature °C

Nous avons sélectionné les meilleurs articles de la journée.

Une revue sera automatiquement générée avec les meilleurs articles du moment sur les différents supports iGFM, Record et L'Obs.

Le PRC demande à Sonko d'arrêter d'instrumentaliser la jeunesse

333 lectures • 0 commentaires

Actualité 13 heures

L'Iran frappé par une attaque de drones sur un site militaire

361 lectures • 0 commentaires

Actualité 14 heures

Adama Lam : «Depuis 7 ans, Macky Sall ne veut pas recevoir le patronat…»

1027 lectures • 5 commentaires

Actualité 14 heures

Incendie du marché Ocass- La proposition de la candidate Aminata Touré

489 lectures • 0 commentaires

Actualité 14 heures

Exploitation du plomb- Dr Fatima Diallo plaide pour la décontamination de l’usine Ganesha

74 lectures • 0 commentaires

Actualité 2 jours

Incendie au marché Ocass: 480 cantines et étals ainsi que 70 magasins partis en feu

718 lectures • 0 commentaires

Actualité 14 heures

TOP 5 des meilleurs footballeurs africains à la Coupe du monde 2022

1xBet revient sur les footballeurs dont les grandes performances dans les stades du Qatar ont procuré des émotions inoubliables à tout le continent.

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial