Quand Amadou Bâ s'y mêle... (Par Lansana Gagny Sakho)

lundi 18 mars 2024 • 524 lectures • 0 commentaires

Blog 2 mois Taille

Quand Amadou Bâ s\'y mêle... (Par Lansana Gagny Sakho)

PUBLICITÉ

Après Mamoudou Ibra KANE, c’est Amadou BA le candidat de BBY qui fait une sortie au vitriol contre PASTEF: "on ne peut pas confier le pays à des personnes inexpérimentées des incapables et incompétentes. C'est comme si tu envoies un élève qui fait la classe de Cl pour passer le baccalauréat". Lat DIOP a pris le relais : "Seuls les fous soutiennent la coalition Diomaye, imaginez une photo Biden Macron et Diomaye, on serait tous très mal à l’aise".

Ces attaques frontales traduisent juste un affolement généralisé. Ayant perdu pied dans les sondages, Amadou Ba veut s’inscrire dans une dualité à travers une stratégie de calomnie,  les autres candidats ne représenteraient aucun  danger pour lui. Il est à cet egard important de remettre les pendules à l’heure.

Lat Diop dit ne pas être à l’aise. Il serait important de lui faire un petit rappel. En 2021,  dans le cadre de la déclaration de patrimoine des candidats à l’élection présidentielles française, la fortune de Macron 662.000 euros (434 millions CFA), en 2020 le magazine Forbes estimait la fortune de Biden à 9.000.000 USD (4,5 milliards  F CFA). En 2018, le journaliste Baba Aidara s’appuyant sur les infos des renseignements généraux (RG), informait que “les biens de Amadou Ba étaient estimés à 45 milliards de FCfa". Une photo Macron, Biden, Amadou Ba nous mettrait encore beaucoup plus mal à l’aise, la fortune colossale du fonctionnaire milliardaire pourrait à juste raison, pousser les USA et la France à faire une demande d’appui budgétaire au Sénégal….

PUBLICITÉ


Lat DIOP est dans une stratégie de survie, il se sait complètement fini si Amadou Ba ne passait pas. Cet individu est la face la plus hideuse de la politisation de l’administration sénégalaise. Le candidat qui gagnera ces élections devrait rapidement dépolitiser l’administration et engager les réformes nécessaires pour normaliser l’accès à certaines fonctions stratégiques au niveau de la fonction publique et faire d’une règle d’or la lutte contre la corruption et la promotion de la bonne gouvernance.

PUBLICITÉ


Pour en revenir à Amadou BA, il insiste beaucoup sur les notions de compétence, tous les sénégalais l’ont vu à l’œuvre pour évaluer ses compétences. Amadou BA fut au centre du Ministère de l’Économie et des finances, un poste stratégique transversal qui est consulté sur toutes les décisions stratégiques par le chef de l’Etat. On pourrait  évaluer les compétences sur la base de certains programmes de l’Etat. 


Plan Sénégal émergent


Amadou Ba clame partout être le chantre du PSE pour entre autres,  justifier la légitimité de sa candidature.  Pourtant, malgré la clameur du PSE, un nombre croissant de Sénégalais ont tenté l'année dernière de rejoindre l'Europe à bord d'embarcations de fortune, avec à la clé des pertes en vies humaines que les ONG estiment à des milliers, faute de chiffres officiels. Le taux d’analphabétisme au Sénégal dépasse les 50%. Réussir à l'Université ne garantit pas de s'extraire de la pauvreté, soulignait Yves Nzalé, coordonnateur d'un collectif de diplômés sans emploi. Quelques trois cent mille (300.000) Sénégalais décrochent chaque année un diplôme de l'enseignement supérieur, mais seul un dixième d'entre eux trouvent du travail, explique-t-il en évoquant une situation "compliquée", "déplorable" et même "de désespoir".


Secteur privé national


En qualité de Ministre de l’Économie et des finances, sous Amadou BA, la  gouvernance fut caractérisée par une clochardisation du secteur privé national. Ses parts de marché sont marginales. Il n'y a pas de système préférentiel qui le mette au cœur de l'économie. L’accès à la commande publique des entreprises locales constitue un défi majeur. Ces dernières bénéficient  certes de 70% des marchés en nombre mais uniquement de 30% en valeur. Les acteurs du secteur privé ont été cantonnés à un rôle de sous-traitants des entreprises chinoises, indiennes et turques qui sont réputées pour leur ‘générosité’. Tous les opérateurs du secteur privés vous diront déplorer le racket qu’ils subissent pour se faire payer. Toute la chaine est gangrénée, ce banditisme d’État a été institutionalisé au niveau du ministère des finances avec Amadou BA. 


Emploi des Jeunes


La maturation des projets DER, ADEPME, ANPEJ, PRODAC a été effectuée au ministère de l’Economie et des finances sous Amadou BA.  Des centaines de milliards de F CFA ont débloqués et gaspillés dans un gouffre de projets fumeux. Le bilan de la politique d’emploi des jeunes c'est plus de 500 morts disparus entre les flots de l’océan atlantique et les routes du Nicaragua. 
En près de 3 ans, le secteur privé moderne n'a créé aucun emploi.  Le nombre d'emplois a même légèrement régressé, passant de 343 060 au 1er trimestre 2021 à 338 034 au 3ème trimestre 2023 (source : ANSD).  En 6 ans, les créations nettes d'emplois modernes ont atteint 18 000. Soit 3 000 emplois chaque année où pourtant 200 000 jeunes, arrivent sur le marché du travail.  (Source : Directeur de l'Emploi).


Politique d'Endettement 


Amadou BA se présente comme une expert en finances publiques, mais les données sur l’endettement du Sénégal laissent perplexes,  quelques données sur la période 2014 - 2021:
Année 2014 :  Endettement 4.000 milliards F CFA ;  Déficit = 377 milliards F CFA 
Année 2021 : Endettement 10.297 milliards F CFA ; Déficit 965 milliards F CFA.
Ce  n’est pas la dette qui pose problème,  mais les raisons pour lesquelles l’État du Sénégal s’endette. Elles sont inefficaces, inefficientes mais surtout suicidaires pour les futures générations.  Le taux d'endettement flirte déjà avec les limites permises par l'UEMOA (70% du PIB).Les salaires de la fonction publique ont augmenté de 43% en 2 ans, passant de 886 milliards de F en 2021 à 1267 milliards en 2023. Dans le même temps, la charge d'intérêt de la dette publique a augmenté de  86%, pour atteindre 569 milliards de F en 2023. Chaque jour,  l'État  doit sortir 5 milliards de  pour payer ses fonctionnaires et les intérêts de sa dette, ce qui représente 47% de ses ressources totales. 


La gestion d’un pays requiert un triptyque : l’intégrité, le patriotisme et la compétence 


INTEGRITE : Amadou BA est le symbole achevé de la mauvaise gouvernance. Il ne pourra jamais expliquer l’origine de sa fortune. Il ne serait pas exagéré de parler de chef de gang, sa garde rapprochée est essentiellement composée de personnes ayant des dossiers ‘lourds’ au niveau des corps de contrôle de l’Etat. Hann_COUD, Mamour_94Milliards DioufSARR_Covid qui rêvent tous d’une impunité... 


PATRIOTISME : Amadou BA est le principal fossoyeur du secteur privé national. Robert Bourgi chantre de la France-Afrique n’a pas hésité à se réjouir de son choix pour représenter. Nous nous plaignons tous de Macky SALL mais ce dernier est un enfant de cœur devant Amadou Ba, élire ce dernier c’est livrer points et pieds liés toute notre économie aux intérêts étrangers. 
Le bon sens aurait voulu que Amadou Ba se taise une bonne fois pour toute mais le ridicule ne tue pas dans ce pays. Je ne ferai pas à Diomaye l’insulte de le comparer à Amadou Ba qui est loin des standards en termes d’intégrité et de patriotisme. 
Ces Ils sont encore plus ridicules quand ils nous parlent d’expériences, mauvaise gouvernance, contrats foireux, rétro-commissions, détournements des ressources de l’Etat, racket du secteur privé nous ne voulons pas de cette experience…. 


Lansana Gagny SAKHO
PASTEF LES PATRIOTES

Cet article a été ouvert 524 fois.

Publié par

Youssouf SANE

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial