igfm.sn : Informez-vous juste et vrai

Ziguinchor: Le diagnostic du «Mouvement J’aime le Sénégal»

Actualité/Politique

iGFM – (Ziguinchor) – Le Comité Directeur du «Mouvement citoyen J’aime le Sénégal» a lors de sa réunion de ce dimanche 21 juin 20, qui a terminée tard dans la soirée, fait un diagnostic sans complaisance de la situation économique, sociale et éducative du Sénégal. 

Examinant la situation nationale marquée, selon son président Moulaye Camara, par l’assouplissement des mesures liées au covid-19 et la problématique de l’occupation du foncier sur le littoral, «cet assouplissement doit être assujetti au respect scrupuleux des mesures barrières pour freiner la propagation du virus. Le Comité Directeur a trouvé qu’il était nécessaire de relancer l’activité économique nationale qui ne pouvait plus supporter une telle situation de stagnation malgré les remarquables mesures sociales prises par l’État du Sénégal», a laissé entendre M. Camara.

Sur la situation éducative marquée par la reprise des enseignements et les dispositions prises pour une reprise assurée et sécurisée des enseignements apprentissages le 25 juin prochain, «notre mouvement se désole également de l’attitude du Ministre de l’éducation nationale Mamadou Talla qui ne rassure toujours pas pour une bonne rentrée des classes d’examen ce 25 Juin 20 malgré le récent report», a soutenu Moulaye Camara. Sur le foncier marqué aussi par le bradage du littoral un peu partout dans le pays, «mes amis et moi, avons retenu et jugé nécessaire que l’aménagement du littoral au bénéfice des populations est un acte civique que les autorités en charge de l’urbanisme doivent garantir aux citoyens. Seulement le foncier déterminant à une grande échelle la dynamique de l’économie,  notre Comité Directeur trouve que si son occupation pose problème, sa régularisation est problématique.

En effet, elle souffre d’une lenteur inexplicable », dixit le président dudit Mouvement citoyen (Moulaye Camara). Rappelant  que lors d’un Conseil Présidentiel tenu au Centre Abdou Diouf de Diamniadio, à Dakar que le Président de la République Macky Sall avait ordonné la tenue des rencontres de la Commission de Contrôle des Opérations Domaniales tous les quinze jours, «il est malheureux de constater que cette instruction n’est pas respectée. A cela s’ajoute le manque de transparence et d’égalité dans l’ordre de programmation des dossiers. Autre bombe foncière ! Les Pôles urbains. L’érection des pôles urbains n’a pas obéi à la dimension sociologique du foncier.

Aujourd’hui les populations locales se plaignent et demandent une concertation afin de trouver un consensus fort entre ce que l’État central prévoit et elles la manière dont elles peuvent accompagner cela sans être lésées. Et pour cause dans ces zones les populations locales ont valorisé leur patrimoine foncier, d’autres ont cédé, donc pour éviter une catastrophe », a regretté et dénoncé Moulaye Camara et ses compagnons. «Notre  Comité Directeur prévient en demandant une nouvelle approche participative tenant compte de la dimension sociologique et sociale», a prévenu Moulaye Camara.

IGFM

Derniers articles sur Actualité

Aller vers HAUT