Sénégal: le temps de la tyrannie ! (Par Demba Moussa Dembélé)

mercredi 7 juin 2023 • 968 lectures • 0 commentaires

Politique 5 mois Taille

Sénégal: le temps de la tyrannie ! (Par Demba Moussa Dembélé)

PUBLICITÉ

Le régime à l’agonie et ses mercenaires ont déclenché une campagne de terreur visant tous ceux qui s’opposent à la troisième candidature illégale et illégitime de Macky Sall et les membres du parti Pastef-les Patriotes dirigé par Ousmane Sonko. Cette campagne de terreur a entraîné un recul démocratique sans précédent et de graves violations des droits humains au Sénégal

L’effondrement de l’Etat de droit

En février 2021, plus d’une centaine d’universitaires sénégalais avaient publié un document sur la crise de l’Etat de droit dans notre pays. C’est un fait que sous le régime actuel, la séparation des pouvoirs, qui est le fondement de l’Etat de droit, n’existe plus. L’exécutif, en l’occurrence le président de la République, a domestiqué les autres pouvoirs législatif et judiciaire. L’Assemblée nationale n’est qu’une simple chambre d’enregistrement des projets soumis par le Président et son gouvernement.

Quand il ne peut plus la contrôler, comme c’est le cas présentement avec la poussée de l’opposition après les législatives de juillet 2022, il essaie de la paralyser. Un fait dénoncé par les députés de l’opposition.

L’un des piliers de l’Etat de droit est la Justice. Les universitaires cités plus haut, soulignent que « l’Etat de droit exige la soumission totale de l’Etat au droit ». Ce qui veut dire que la Justice ne doit pas accepter d’être au service de l’Exécutif. Elle doit être indépendante et traiter tous les citoyens sur le même pied d’égalité. Ce faisant, elle consolide l’idéal démocratique et renforce la confiance des citoyens. Mais quand la Justice donne l’impression d’être au service de l’Exécutif, elle tend à perdre sa crédibilité et suscite la défiance des citoyens.

Sous le régime de Macky Sall, il y a eu des cas où la Justice a été instrumentalisée pour écarter des adversaires politiques. Khalifa Sall et Karim Wade en ont été les premières victimes. Ousmane Sonko risque de les rejoindre. Ses avocats et une grande partie de l’opinion disent que le verdict rendu le premier juin confirme la thèse du complot visant à l’écarter de la course à la présidentielle. Par ailleurs, le traitement inégal entre les citoyens proches de l’opposition et ceux du pouvoir renforce les soupçons de partialité de la Justice au sein de l’opinion. Les arrestations tous azimuts de militants ou sympathisants du parti de Ousmane Sonko semblent le confirmer.

Le Sénégal ; une prison à ciel ouvert

Jamais les prisons sénégalaises n’ont été aussi pleines de prisonniers politiques. Pour un oui ou un non, les gens sont cueillis par la Police ou la Gendarmerie, parfois avec des méthodes indignes d’un pays qui se dit démocratique, et envoyés en prison pour plusieurs mois. Les journalistes ne sont pas épargnés. Papa Alé Niang était la première victime de cette répressive aveugle, Sérigne Saliou Guèye, Pape Ndiaye et bien d’autres viennent allonger la liste. Les femmes journalistes ou non ne sont pas épargnées non plus. Même des femmes enceintes ont été envoyées en prison.

Les arrestations de journalistes traduisent un net recul de la liberté d’expression et celle de la presse. Cela a été confirmé par le mauvais classement du Sénégal récent de Reporters sans frontières (RSF).

Aujourd’hui, tous ceux qui s’opposent à la troisième candidature de Macky Sall ou soutiennent l’opposition sont en danger. C’est pourquoi le Sénégal est devenu une vaste prison à ciel ouvert. Il est l’un des pays africains ayant le plus grand nombre de prisonniers politiques. Une véritable honte pour notre pays !

Confronter la tyrannie

Les acquis démocratiques conquis de haute lutte et au prix d’innombrables sacrifices ont été perdus sous le régime actuel. L’obsession avec la troisième candidature illégale et immorale a entrainé la violation flagrante des principes les plus élémentaires de l’Etat de droit. La politique de terreur est en train de restreindre l’espace démocratique comme une peau de chagrin.

Mais aucun peuple ne peut accepter de courber l’échine face à la dictature.
Face à la tyrannie, le peuple n’a d’autre choix que de résister
Résister pour défendre les acquis démocratiques en danger
Résister pour le respect des libertés individuelles et collectives
Résister pour la restauration de l’Etat de droit
Face à l’injustice, c’est le droit inaliénable de tout peuple de défendre ses droits

PUBLICITÉ

Cet article a été ouvert 968 fois.

Publié par

Youssouf SANE

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Partager cet article

  

Options

logo iRevue

iRevue du 6 déc.

lune   Il est 00:11   •   temperature °C

Nous avons sélectionné les meilleurs articles de la journée.

Une revue sera automatiquement générée avec les meilleurs articles du moment sur les différents supports iGFM, Record et L'Obs.

Radiation de Sonko : La date de l’audience spéciale fixée !

1072 lectures • 0 commentaires

Politique 5 heures

Guinée Bissau : Le président Embalo Dissout le parlement

826 lectures • 0 commentaires

Politique 1 jour

Khalifa Sall : «Nous sommes suivis et intimidés»

895 lectures • 2 commentaires

Politique 1 jour

Présidentielle, caution : Mame Boye Diao récolte 35 000 parrainages et...

1281 lectures • 0 commentaires

Politique 1 jour

Youssou Ndour dévoile les objectifs de Fekke Maci Boolé

855 lectures • 0 commentaires

Politique 3 jours

Déboires judiciaires, rejet de sa caution : Le message de Khalifa à Sonko

2011 lectures • 1 commentaires

Politique 3 jours

ABDOU KARIM FOFANA : « DEPUIS 2022 L’ETAT A MIS PLUS DE 1600 MILLIARDS POUR STABILISER LES PRIX »

Le ministre du Commerce, de la Consommation et des PME était, ce dimanche, l’invité de l’émission « Toute la vérité » sur SEN TV. Face à Fabrice Nguéma, Abdou Karim Fofana est revenu sur de nombreux sujets relatifs à l’actualité de son ministère ou à celle

ABDOU KARIM FOFANA « IL N’Y A PAS DE GUERRE DE LEADERSHIP A DAKAR »

Invité de l’émission « Toute la Vérité sur la Sen TV », le ministre, responsable du parti présidentiel à Dakar est revenu sur ce qui s’est passé au siège de l’APR, il y a quelques jours. « Il n’y a pas de guerre de leadership à Dakar » a d’abord tenu à pré

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial