Drame du stade Demba Diop : 4 ans après, Mbour réclame toujours justice

jeudi 15 juillet 2021 • 463 lectures • 0 commentaires

Société 2 semaines Taille

Drame du stade Demba Diop : 4 ans après, Mbour réclame toujours justice

iGFM (Dakar) Ce 15 juillet 2021 marque le quatrième anniversaire du drame du stade Demba Diop.

C'est ce qu'on appelle un souvenir douloureux. Quatre ans après le drame du stade Demba Diop, le public du football local se souvient. Ce soir là, huit supporters mbourois ont péri en pleine finale de Coupe de la Ligue qui opposait le Stade de Mbour à l'Us Ouakam, dans des circonstances incroyables. La cause? Le stade ? Durant la prolongation, des échauffourées entre supporters ont éclaté au niveau de la tribune découverte, provoquant une grande bousculade. Ce, à la suite de violents assauts de supporters ouakamois. Il y a eu un mouvement de panique et la vague de supporters s’est déversée vers une partie de la tribune découverte. Ceci a provoqué l'effondrement d'un mur de cette tribune entraînant dans sa chute plusieurs dizaines de supporters de l’équipe mbouroise. Le Ministre des Sports, Matar Ba qui était hors de la capitale au moment des faits, avait vite regagné Dakar pour s'enquérir de la situation.
"Nous aimerions que la justice fasse son travail”
Mais le hic est que quatre ans après, les familles de victimes réclament toujours justice. “Nous avons confiance en la justice de notre pays. Mais vu le déroulement des choses, il y a lieu de s’inquiéter. C’est pourquoi aujourd’hui, nous sommes là pour qu’on puisse nous entendre, pour qu’on puisse savoir que certes nous avons pardonné, mais pardonner ne veut pas dire oubli. Nous ne pouvons pas oublier et nous aimerions que la justice fasse son travail”, a déclaré sur Rfm le porte-parole, Cheikh Samb.
Le pardon des Mbourois
Adama Dione précise que Mbour n’a aucune dent contre les Ouakam. “Ouakam et Mbour, c’est la même communauté. Il y a des mbourois qui sont à Ouakam et des Ouakamois qui sont à Mbour. Donc, on n’a pas de problème personnel. Donc, on ne change pas sur notre position. On a pardonné. N’empêche, pour ce qui est de la justice, on n’a pas ce pouvoir."

Cet article a été ouvert 463 fois.

Publié par

Mamadou Salif

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial