lundi 4 janvier 2021 • 306 lectures • 0 commentaires

Le poignant témoignage du père de Alarba Seydi, tué en Libye

Société 1 semaine Taille

Le poignant témoignage du père de Alarba Seydi, tué en Libye

A Saré Bacary, à 14 km de la sortie Sud-Ouest de Kolda sur la route de Sédhiou, l’assassinat de Alarba Seydi, 27 ans, froidement tué par balle le jeudi 31 décembre 2020, est sur toutes les lèvres.

Kalidou Seydi, père du défunt et chef de village, entouré de ses proches, était vautré dans une case en paille, dont l’absence de commodité dit long sur la précarité familiale. Le visage hagard, il lui est difficile d’admettre la dure réalité : la mort de son fils, Alarba Seydi, tué en Libye par balle. Dans ses haillons, le vieux Kalidou vit les plus sombres moments de sa vie. Alarba Seydi, 27 ans, est mort à la «fleur de l’âge».


«Il avait très tôt abandonné les bancs (6e) pour, disait-il, venir épauler son père dans les travaux champêtres. Malheureusement, il vient d’être lâchement tué, loin de sa terre natale (en Libye), à son lieu de travail, en marge d’une altercation à laquelle il n’avait rien à voir», raconte-t-il. Le défunt, narre-t-on, a été la victime malheureuse d’une dispute entre son collègue originaire d’un pays d’Afrique de l’ouest et un citoyen libyen. Noir de colère, le Libyen qui avait promis de tuer son protagoniste, est revenu sur les lieux de la dispute quelques minutes plus tard, armé d’un pistolet. Sachant que le Libyen venait pour lui faire la peau, son protagoniste s’éclipse dans une forêt de dattiers, sans avertir Alarba Seydi. Comme ils arboraient la même tenue de travail, le Libyen, sans vérifier, lui tire une balle au dos et une seconde balle à la joue. Le Sénégalais s’affale, le corps en sang. «Il était au mauvais endroit, au mauvais moment», se désole le jeune frère consanguin du défunt, Amadou Seydi.


Après un séjour éclair à Dakar comme saisonnier, le jeune garçon qui nourrissait une folle ambition de suppléer son père et de sortir sa famille de la précarité, a amassé de l’argent pour financer son voyage en Libye où il vivait depuis 6 ans dans l’espoir de rejoindre l’Eldorado européen. «Mon fils me disait à chaque fois, qu’il me sortirait de cette pauvreté», se souvient-il, le cœur lourd. Une promesse qu’Alarba commençait à tenir. «Malgré sa situation très difficile en Libye, Alarba m’envoyait de l’argent pour me soutenir dans les dépenses familiales. Fils aîné, il était très attaché à sa famille», dit le père qui ne put retenir ses larmes. Réclamant justice, il sollicite aussi l’aide de l’État et des bonnes volontés pour combler le grand vide laissé par son défunt fils. Ce deuxième cas d’assassinat de Sénégalais en Libye, après celui de Abdoulaye Baldé, soulève beaucoup de questions.




SOULEYMANE SALL-l'OBSERVATEUR 


#sénégalais #mort #Libye #témoignage #Alarba #Seydi

Cet article a été ouvert 306 fois.

Publié par

Ndeye Rokheya Thiane

editor

Soyez le premier à commenter

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial