Miniane Diouf révèle : «Il est plus urgent de renégocier le contrat d'affermage de l'eau…»

vendredi 19 avril 2024 • 2080 lectures • 5 commentaires

Actualité 1 mois Taille

Miniane Diouf révèle : «Il est plus urgent de renégocier le contrat d'affermage de l'eau…»

PUBLICITÉ

Le président Bassirou Diomaye Faye a ordonné l’audit du contrat d’affermage de l’eau liant le Sénégal à la société Suez. Coordonnateur du Forum Social sénégalais, Miniane Diouf, a apprécié une telle mesure dans un entretien dans L’Obs dont nous vous proposons quelques extraits.

"Au-jourd'hui, je crois même qu'il est plus urgent de renégocier le contrat d'affermage de l'eau que de renégocier les contrats du pétrole et du gaz. Il nous faut immédiatement revenir à ce que l'eau soit une propriété de souveraineté nationale. Si on ne peut pas retourner à la gestion communale qui était là, donc la gestion de l'Etat avec la Sones directement, qu'on prenne la Sones avec les collectivités territoriales pour que chaque maire s'occupe de la gestion de l'eau dans sa commune en relation avec la mairie comme c'est le cas dans certaines localités en France. Aujourd'hui, nous saluons très vivement la décision du chef de l'Etat qui considère qu'il faut qu'on fasse le point sur le contrat d'affermage de l'eau avec Suez, un contrat qui était vraiment en dehors de toute  norme légale."

PUBLICITÉ


Publier le contrat

PUBLICITÉ


"Il faut publier le contrat très rapidement. Il faut diffuser et publier officiellement le contenu du contrat avec Suez, que chacun puisse disposer d'une copie pour savoir ce qu'il y a dedans. On nous a dit la semaine passée qu'il y a eu un rajout de ce contrat-là qui a été signé par le dernier ministre avant son départ. Est-ce vrai ou non ? Tout cela mérite que le contrat soit publié officiellement. Tout en publiant ce contrat, il faut l'auditer pour savoir quelles sont les dépenses effectives, les engagements qui ont été respectés. Il faut voir ce qui n'a pas été respecté et jusqu'à quel taux de pourcen-tage? Au mois de juillet-Août passé, la société Suez, à travers sa filiale Sen'Eau, nous avait dit qu'elle était à des pertes cumulées de 17 milliards FCFA sur les trois ans de gestion".


La renégociation


"Si Suez perd autant de milliards, pourquoi continue-t-elle donc à vouloir garder le contrat ? Donc, si l'audit est fait, tout cela va être clarifié. Ensuite, il faut, concomitamment à l'audit, travailler dans le sens de voir comment on mettra en place l'autorité de régulation de l'eau. Nous invitons dans cette même logique, le président de la République à aller vers une renégociation de ce contrat et, même s'il le faut, revenir sur la gestion institutionnelle étatique en relation avec les collectivités territoriales, les consommateurs."

Cet article a été ouvert 2080 fois.

Publié par

Youssouf SANE

editor

5 Commentaires

Je m'appelle

Téléchargez notre application sur iOS et Android

Contactez-nous !

Daouda Mine

Directeur de publication

Service commercial