Saisie de 2 milliards d’Euros en faux billets :  2 ministres de Wade cités 

Société/Une

IGFM – Ils ont encore tapé fort. La Brigade de recherches de Faidherbe a déféré, hier lundi 18 mai 2020, six personnes, pris en flagrant délit de transaction de faux billets. Arrêtés à Mbao avec 2 milliards d’Euros de billets noirs, Babacar Fall, cerveau de la bande, cite deux anciens ministres de Me Wade.  

C’est une affaire qui risque d’éclabousser des vies et de couper des têtes. Entre les mains de la Brigade de recherches (Br) de Faidherbe depuis le 13 mai 2020, ce dossier pourrait entraîner des personnalités du pays dans une turbulence de vagues accusatrices en les noyant au fond des eaux de Dame Justice. Pour le moment, deux noms sont cités. Et pas n’importe lesquels. Il s’agit, tenez-vous bien, de deux anciens ministres de la République du régime libéral de Me Abdoulaye Wade. Jadis, très proches de l’ancien chef de l’Etat, ils sont très engagés en politique et l’un d’eux avaient même déposé sa candidature à la Présidentielle de 2019. F.S et P.D, puisque c’est d’eux qu’il s’agit, peuvent, dès à présent, égrainer leur chapelet et prier le Bon Dieu pour prouver leur innocence dans ce deal de trafic de faux billets. Lequel a vu l’arrestation et le déferrement, hier lundi 18 mai 2020, au parquet de Pikine, de Daouda Ndiaye, Badara Fall, Alioune Diop, Mouhamadou Mactar Laye Sambe, Fallou Cissé et Mbaye Fall. Les quidams, tous de nationalité sénégalaise, ont été arrêtés à Zac Mbao en possession de trois paquets de billets noirs d’une valeur d’un (1) milliard d’Euros, de 900 millions d’Euros et de 50 millions d’Euros. Coffrés par les pandores de la Br, ils ont raconté leur modus operandi et balancé des noms. F.S et P.D, même s’ils ont été cités par les mis en cause, n’ont pas été présentés au Procureur Seydi, patron du parquet de Pikine. Du moins, pas pour le moment. L’enquête, qui va se poursuivre devant le magistrat instructeur, prouvera leur implication ou non dans ce trafic. Quant à la bande de trafiquants, elle est déférée pour association de malfaiteurs, faux et usage de faux, contrefaçon de signes monétaires ayant cours légal sur un territoire étranger, complicité de contrefaçons de signes monétaires ayant cours légal sur un territoire étranger et blanchiment de capitaux.

Le coup de pousse de l’informateur anonyme

Comment la Br a été informée ? Quelle stratégie le Commandant Adama Niang a mis en place pour les coffrer ? Combien de jours a duré l’opération ? «L’Obs» vous replonge dans le film de cette arrestation digne d’un scenario hollywoodien. Tout a commencé le 13 avril 2020. Ce jour-là, à 17 heures, l’informateur a franchi le pan de la Brigade de recherches. Protégé par la casquette de l’anonymat, il confie aux enquêteurs l’existence d’un groupe de malfaiteurs, dans le quartier de Yoff, expert en contrefaçon de signes monétaires. Si la source de la Gendarmerie a pu découvrir cette association, c’est parce qu’un de ses connaissances, Ahmet, un supposé marabout qui habite Yoff, lui a proposé d’acheter des billets noirs pour ensuite les blanchir. Pour lui faire mordre à l’hameçon, Ahmet lui dit que le produit est de bonne qualité et que c’est un cadre qui l’a introduit à Dakar, précisément au Radisson Blu Hôtel de Dakar. Poursuivant, Ahmet lui dit que son contact avait une grande quantité en sa possession et voulait l’écouler à 50 millions de FCfa. La Br, qui avait déjà braqué ses visières sur cette bande, saisit cette torche tendue pour mieux fouiller des indices compromettants. L’informateur, déterminé à casser les ailes de ces aigles noirs, freine leur envol en remettant les contacts de quelques membres de ce groupe. Un recoupement est fait, suivi de l’exploitation des nouveaux éléments reçus. Là, l’enquête est accélérée. Une réquisition est faite sur leurs numéros de téléphone pour conforter l’information. Ensuite, les personnes citées ont été mises sous surveillance.

Plus de 20 jours de surveillance

Comment ? Des éléments de la Brigade de recherches sont déployés à Yoff afin de recueillir des informations sur ce supposé trafic. Il fallait identifier les acteurs et localiser les lieux des transactions. Ce que réussit l’unité en charge de mener les investigations. Un plan qui permet d’identifier Ahmet. Marabout, adepte de la confection de faux billets de banque, il permet le ciblage de ses associés dans sa rude tentative de convaincre la source d’acheter les billets noirs auprès du fameux cadre à l’hôtel Radisson Blue. En toute discrétion, un dispositif de surveillance est déployé pendant des jours dans ce secteur. Pour faire tomber Ahmet et sa bande, l’informateur, sous la directive du Commandant Niang, accepte les propositions du marabout. Un piège creusé pour pouvoir identifier la maison de la cible. Posée dans une ruelle du quartier de Yoff, une équipe d’observation et de surveillance fait le guet. Pendant plus de vingt jours, des agents ont suivis le mis en cause pour savoir ses moindres faits et gestes. Surveillé comme du lait sur le feu, Ahmet pose l’acte qui le perdra avec ses collaborateurs. C’était le 14 mai 2020. Ce jour-là, il avait fixé un rendez-vous à l’informateur afin de le conduire auprès du fournisseur, qui avait le produit par devers lui.

Descente des enquêteurs, la perquisition et les trois paquets de billets noirs

Pour réussir l’opération, un dispositif d’intervention est installé autour du lieu de rendez-vous. Toutes les unités sur place, la machine est mise en branle. A 17 heures, la source des pandores se présente chez Ahmet. Automatiquement après, il en ressort, flanqué de deux individus. Tous, entrent dans une voiture. Laquelle est suivie par les enquêteurs de la Br jusqu’à la Zac de Mbao. La maison encerclée, les pandores attendent le déclic. Vers 19 heures, Aliou Diop et Mouhamadou Mactar Laye Sambe font leur apparition. Dès qu’ils entrent chez B. Fall, les enquêteurs entrent en jeu. Comme dans un film, ils brisent la solennité de leur opération. Les trois paquets de billets noirs sont saisis.

Là, sont arrêtés Badara Fall, Alioune Diop, Mouhamadou Mactar Laye Samb, Fallou Cissé et Mbaye Fall. Babacar Fall, propriétaire de la maison où se tenait la transaction, détenait les billets.
Informés de la présence des pandores et du la perquisition qui se fera, les enquêteurs retrouvent sur le nommé Fallou Cissé cent cinquante (150 000) FCfa. Pris en flagrant délit en possession de billets noirs, la notification de leurs droits de se faire assister par un conseil, comme stipulé par le règlement numéro 5 de l’Uemoa, leur est signifiée. Et la volonté d’être consultés par un médecin aussi ! Arrêtés, les mis en cause sont conduits dans les locaux de la Br pour être interrogés. Une audition qui se poursuit en garde à vue à cause des indices graves et concordants à leur encontre.

T. Marie Louise N. Cissé   

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*