Audit de la Caf : Ahmad en disgrâce avec Infantino

Sport

IGFM – Epinglé par un rapport du cabinet PricewaterhouseCoopers (Pwc) pour sa gestion de la CAF depuis sa prise de fonction, Ahmad Ahmad serait en disgrâce avec le président de la Fifa, Gianni Infantino qui a joué un rôle important dans son élection à la tête de l’instance.

Opérations financières douteuses, virements, paiements en liquide, subventions de la Fifa difficiles ou impossibles à tracer, problèmes de gouvernance… L’audit du cabinet britannique PricewaterhouseCoopers (PwC) effectué en septembre et octobre 2019, portant sur la période 2015-2019, n’est pas tendre pour la Confédération africaine de football et son président, Ahmad Ahmad. Épinglé pour sa gestion, le dirigeant malgache serait désormais en disgrâce avec le président de la Fifa, Gianni Infantino qui a joué un rôle important dans son élection à la tête de l’instance continentale, relate la Lettre du Continent qui a parcouru tout le rapport d’audit du cabinet Pwc.

Selon le bimensuel, ledit rapport met en lumière des pratiques douteuses du patron de la CAF et de son équipe. PWC révèle des irrégularités comptables qui font déjà l’objet d’une enquête judiciaire en France. Cela avait été à l’origine de la garde-à-vue et de l’interrogation subies par Ahmad, le 6 juin 2019 en France, à deux semaines de la CAN 2019, par l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales.

2,6 milliards FCfa dans le vent, 60 000 ballons offerts aux fédérations

Les auditeurs du cabinet Pwc ont identifié 18 versements effectués entre le 27 décembre 2017 et le 29 janvier 2019 par la Caf au bénéfice de deux sociétés, la Française Tactical Steel et l’Emiratie ES Pro Consulting, pour un total de 4,4 millions de dollars (2,6 milliards FCfa). Selon le rapport d’audit, l’entreprise Tactical Steel, qui appartient à l’entrepreneur varois Romuald Seillier, a livré «en urgence au début de l’année 2018, des maillots, chaussures et sacs pour le Championnat d’Afrique des nations, ainsi que 60 000 ballons qui ont été offerts à la cinquantaine de fédérations de football africaines.» La Lettre du Continent révèle qu’ES Pro Consulting (Abu Dhabi) et ES Pro Consulting (France) «apparaissent comme deux sociétés écrans créées dans le seul but de recevoir des fonds de la Caf, après deux tentatives avortées de détourner ces fonds vers la Turquie». L’enquête de PwC pointe également l’absence de traçabilité et la propension de la Caf, jusqu’à une réforme récente, à tout payer en cash.

JULES SOULEYMANE NDIAYE